VIDEO. Barbe, darknet et Twingo: Que sait-on du Breton suspecté d’être un baron de la drogue sur le net?

TRAFIC DE DROGUE L’homme réside à Plusquellec, dans un petit village des Côtes d’Armor…

C.A.
— 
Un Breton est suspecté d'être un grand trafiquant de drogue sur Internet (illustration).
Un Breton est suspecté d'être un grand trafiquant de drogue sur Internet (illustration). — Pouzet / 20 Minutes / Sipa

C’est une petite commune d’un peu plus de 500 habitants, nichée à la frontière des Côtes d’Armor et du Finistère. Depuis vendredi, Plusquellec s’est pourtant fait un nom grâce à une affaire hors-norme. L’un de ses habitants est soupçonné d’être un important revendeur de drogue sur Internet. Fin août, Gal Vallerius a été interpellé à son arrivée aux Etats-Unis où il se rendait pour participer au concours de la plus belle barbe du monde, comme l’a révélé le Miami Herald.

L’affaire a de quoi surprendre tant le franco-israélien menait une vie tranquille. Interrogé par Ouest-France, le maire de Saint-Guen, où le baron de la drogue présumé habitait-il y a trois ans, parle d’un homme « calme et très simple », ajoutant qu’il « roule en Twingo ». Celui qui se faisait appeler « OxyMonster » sur le darkweb serait pourtant un important dealer du net, administrateur du site Dream Market. Lors de son interpellation en Floride, l’ordinateur du Breton de 38 ans a été saisi. Un compte rempli de 500.000 dollars en bitcoins, une monnaie numérique, a été mis au jour.

>> A lire aussi: Un Breton suspecté de trafic de drogue sur le darknet arrêté aux Etats-Unis

Installé à Plusquellec depuis deux ans et demi, Gal Vallerius était tout aussi discret dans sa nouvelle commune. « Il disait bonjour à tout le monde quand il croisait quelqu’un et puis c’est tout », a raconté le patron du seul café de la commune à France Info. Son look détonnait pourtant dans le coin. Crâne rasé et très longue barbe rousse, Gal Vallerius était pris « pour un biker » par les habitants.

L’homme, qui vivait à Plusquellec avec sa compagne, ne travaillait pas mais vouait un véritable culte à sa barbe. Sur son profil Twitter où il publiait de nombreuses photos de ses poils, l’homme affichait son récent palmarès : une huitième place au championnat d’Europe de la plus belle barbe. C’est en voulant se rendre à l’épreuve mondiale au Texas que le Breton s’est fait pincer par la police américaine, qui enquêtait sur lui depuis des mois.

Expulsée du sol américain, sa femme a été entendue par la police française, rapporte Le Télégramme. De l’argent liquide et de la drogue auraient été retrouvés dans la sobre maison qu’ils habitaient. D’après le Miami Herald, Gal Vallerius encourt la prison à vie.