Stade Rennais: «On a manqué de niaque et d'envie», le constat alarmant de Ludovic Baal

INTERVIEW On comprend mieux la pauvreté du spectacle face à Caen (0-1), du coup...

Propos recueillis par Jeremy Goujon

— 

Ludovic Baal au duel avec le Caennais Baïssama Sankoh, le 30 septembre 2017 au Roazhon Park.
Ludovic Baal au duel avec le Caennais Baïssama Sankoh, le 30 septembre 2017 au Roazhon Park. — J.-F. Monier / AFP
  • L'arrière gauche a eu le mérite de s'exprimer en zone mixte, contrairement à tous ses coéquipiers.
  • Ce qu'il dit fait cependant froid dans le dos, surtout quand on est supporter du SRFC...

Seul joueur du Stade Rennais à s’arrêter devant la presse samedi soir, après la défaite face à Caen (0-1), le latéral gauche Ludovic Baal a révélé l'indolence des Rouge et Noir. Mais le Guyanais reste néanmoins optimiste pour la suite des événements…

Comment expliquez-vous cette nouvelle défaite à domicile, la troisième en quatre matchs cette saison ?

C’est difficile à accepter, puisque Caen était à notre portée. Malheureusement, on n’a pas pu reproduire ce qu’on a travaillé à l’entraînement. On est tombés dans le piège caennais, c’est vraiment décevant.

>> A lire aussi: Les premiers «Gourcuff démission!» tombent après la défaite du Stade Rennais face à Caen

Une fois le but encaissé (à la 34e minute), l’équipe s’est comme liquéfiée. Est-ce également votre sentiment ?

Non, je ne dirai pas ça. C’est juste qu’on a perdu un peu de confiance en nous. Il y a eu pas mal de déchets aujourd’hui [samedi], donc il faut se remettre au travail afin de reprendre confiance, éviter ce genre de déchets et continuer à progresser.

Dès l’entame de la partie, on a senti qu’il manquait de l’impact ou de la vitesse…

Je pense qu’on a manqué un peu de niaque et d’envie d’aller chercher la victoire. J’espère qu’avec la confiance, cette niaque et cette envie de faire mal à l’adversaire vont revenir.

Mais comment faire pour la retrouver, cette confiance, quand on accumule les contre-performances ?

Ça passe par le travail à l’entraînement, recommencer à la base, faire des passes, être concentrés…

Avant le déplacement à Saint-Étienne (2-2, le 24 septembre), vous disiez ne pas être inquiet. L’êtes-vous désormais ?

Non, parce que je sais qu’il y a de la qualité dans notre groupe, et on l’a démontré pas mal de fois. Malheureusement, il y a des matchs « sans », et celui de Caen en est un. Il faut vite l’effacer, travailler et regarder vers l’avant.

>> A lire aussi: «On devrait peut-être oser un peu plus», pense le capitaine du SRFC Benjamin André

En attendant, Rennes reste dans le bas du classement (15e)…

Oui, il faut être lucide, mais être en bas ne veut pas dire qu’il faut arrêter de travailler ! Il va falloir être costauds mentalement. Je sais qu’on a une équipe de qualité, donc si on tire tous dans le même sens, je pense qu’on pourra faire de belles choses.

Vous qui êtes un joueur d’expérience, savez que perdre avant une trêve internationale est toujours ennuyeux…

C’est clair que ce n’est pas terrible, mais bon… On va rester concentrés sur ce qu’on doit faire, et dès que les gars partis en sélection vont revenir, on va se mettre au travail pour aller chercher des victoires.