Coup de filet dans le milieu de la culture indoor de cannabis dans l’Ouest

TRAFIC Les deux dirigeants de la société Le Jardin de Bel Ami ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire…

Jérôme Gicquel

— 

 Illustration sur la culture du cannabis
Illustration sur la culture du cannabis — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Une importante opération anti-drogue a été menée mardi dans l’Ouestdans quatre magasins de l’enseigne Indoor Gardens, spécialisée dans la culture de plantes d’intérieur. Déclenchée simultanément à Rennes, Fleury-sur-Orne (Calvados), Carquefou (Loire-Atlantique) et au Mans (Sarthe), l’opération, pilotée par le groupement de gendarmerie départementale de Bretagne et le groupe d’intervention régional (GIR) de Bretagne, a permis l’interpellation des deux dirigeants de la société Le Jardin de Bel Ami, qui exploite les magasins, ainsi que de leurs vendeurs.

Les deux dirigeants ont été mis en examen ce vendredi pour complicité d’infractions à la législation sur les stupéfiants et provocation à l’usage des stupéfiants et placés sous contrôle judiciaire, indique le parquet de Rennes.

704.000 euros d’avoirs criminels saisis

Une enquête avait été ouverte depuis mai 2016 à la suite de la multiplication de procédures relatives à la culture de cannabis au cours desquelles les jardiniers en herbe révélaient avoir acheté le matériel nécessaire à leur culture de la plante au sein des magasins Indoor Gardens et bénéficié de conseils de la part des vendeurs. Lors des perquisitions menées au domicile de ces clients, 143 pieds de cannabis, 30 kilos d’herbe, 18 chambres de culture, plusieurs véhicules et plus de 51.000 euros avaient été saisis.

>> A lire aussi : «Timide», il faisait pousser du cannabis pour éviter les dealers

Lors de l’opération menée mardi dans les magasins, les gendarmes ont également mis la main sur des livres de formation destinés à la culture de cannabis ainsi que sur du matériel et des accessoires spécifiques dédiés à la production et à la consommation de cannabis. Au total, « les investigations réalisées ont permis d’appréhender 704.000 euros d’avoirs criminels », précise le parquet de Rennes.