Des employés passent près de la centrale nucléaire de Brennilis, dans le Finistère, en cours de démantèlement
Des employés passent près de la centrale nucléaire de Brennilis, dans le Finistère, en cours de démantèlement — Fred Tanneau AFP

NUCLEAIRE

Bretagne: Pour son démantèlement complet, la centrale Brennilis va encore devoir attendre

La doyenne des centrales françaises est à l’arrêt depuis 1985…

A l’arrêt depuis 1985, la centrale nucléaire de Brennilis dans le Finistère continue toujours de faire parler d’elle. Depuis 1997, seul un démantèlement partiel y est autorisé. Le chantier, toujours en cours, porte sur l’ancienne station de traitement des effluents et sur les échangeurs de chaleur. Pour la suite, à savoir le démantèlement complet de la centrale, il va falloir encore s’armer de patience. Un décret datant de 2016 a ainsi accordé un délai de deux années supplémentaire à EDF, exploitant de la centrale, pour procéder au démantèlement partiel.

>> A lire aussi : La filière nucléaire stagne dans le monde et l’avenir du secteur s’assombrit

Avant fin juillet 2018, EDF devra donc avoir terminé le chantier et déposé un dossier de démantèlement complet. L’Autorité de sûreté nucléaire instruira alors le dossier avant de délivrer ou non son feu vert. « Ça ne sera pas une instruction de trois mois. Cela se compte plutôt en années» indique Hélène Héron, chef de la division de Caen de l’ASN.

Un démantèlement complet annoncé pour 2031 par EDF

Impossible donc de savoir quand sera totalement démantelée la centrale nucléaire des Monts d’Arrée, doyenne des centrales françaises, qui avait été mise en service en 1967. D’autant que le démantèlement complet s’annonce encore plus complexe. « On arrive vers des zones plus sensibles, plus irradiantes qui nécessitent une préparation plus importante », précise Hélène Héron.

En début d’année, le directeur de la centrale Jean Cucciniello s’était lui montré plus précis sur le calendrier. Selon lui, le démantèlement du bloc réacteur pourrait démarrer vers 2021 pour une durée de dix ans environ. C’est donc à l’horizon 2031 que la centrale de Brennilis pourrait être totalement démantelée, soit près de 50 ans après l’arrêt du réacteur.