Le vin rouge breton, c’est pour bientôt

VITICULTURE Des vignerons amateurs ont vendangé à Saint-Suliac samedi…

Camille Allain

— 

L'association des vignerons de Garo a réalisé ses premières vendanges de cépage rondo, planté à Saint-Suliac et qui donnera du vin rouge. Lancer le diaporama
L'association des vignerons de Garo a réalisé ses premières vendanges de cépage rondo, planté à Saint-Suliac et qui donnera du vin rouge. — Vignerons de Garo
  • Des vignerons amateurs ont vendangé pour la première fois leur raisin rondo.
  • Planté il y a trois ans, il pourra donner du vin rouge.
  • Cela faisait très longtemps que la Bretagne administrative n’avait pas vinifié du vin rouge.

Voilà bien longtemps que la Bretagne n’avait pas vu ça. Samedi matin, l’association des vignerons de Garo a vendangé sa récolte de raisins destinée à faire du vin rouge. Oui, du vin rouge breton.

A 20 Minutes, nous pensions que cela faisait des siècles que cela n’était pas arrivé sur les terres de la Bretagne administrative (la Loire-Atlantique en produit déjà). Mais certains internautes nous ont rapporté qu’ils avaient été témoins de petites vendanges dans le Morbihan ou dans le Finistère sud dans les années 50. Sans que l’on ne sache depuis quand exactement, disons que cela faisait un bail que personne ne s’était risqué à faire du vin rouge, là où l’on récolte d’ordinaire des pommes à cidre.

L'association des vignerons de Garo a réalisé ses premières vendanges de cépage rondo, planté à Saint-Suliac et qui donnera du vin rouge.
L'association des vignerons de Garo a réalisé ses premières vendanges de cépage rondo, planté à Saint-Suliac et qui donnera du vin rouge. - Vignerons de Garo

Ce petit événement, on le doit à quelques amateurs qui ont entrepris de replanter des vignes sur le flanc du mont Garo, dans le charmant village de Saint-Suliac, au sud de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). S’ils produisent un chenin blanc depuis 14 ans, ils récoltaient là pour la première fois leur cépage rouge, planté il y a trois ans. « C’était jubilatoire de voir ces grosses grappes, ce raisin épais. C’était un vrai plaisir », raconte François Gloria, le secrétaire de l’association.

« Nous avons vendangé 250 kilos »

Plantés il y a trois ans sur une parcelle où le chenin vivait mal, le rondo, cépage réputé robuste et utilisé en Europe de l’Est, a été particulièrement généreux pour cette première. « Nous avons vendangé 250 kilos sur les 400 pieds en une heure. Cela devrait nous permettre de produire 160 à 170 litres de vin », poursuit Bernard Tardivel. Le maître de chai de l’association se montre optimiste quant à la qualité du vin. « Nous avons attendu le dernier moment pour vendanger et nous avons profité d’une belle météo ces derniers jours. Cela nous permet d’avoir une bonne teneur en sucre et donc un degré d’alcool intéressant, sans doute autour de 12,8 degrés ».

Actuellement en macération, le raisin devra ensuite passer par deux étapes de fermentation. « C’est à ce moment-là que nous aurons une idée de son potentiel », poursuit le maître de chai. Le vin devra ensuite passer six mois en cuve pour se stabiliser, avant d’être mis en bouteilles. Pour connaître le goût du vin rouge breton, rendez-vous en mai.

Quant aux 700 pieds de chenin blanc, ils profitent encore de la magnifique vue sur la Rance et seront vendangés d’ici la mi-octobre. « On pourrait avoir une année magnifique si la pluie ne gâche pas tout ».