La Bretagne offre de l’autonomie à la voiture électrique

MOBILITE Un rallye débute ce jeudi pour promouvoir ces véhicules sans émission…

Camille Allain

— 

Illustration d'une place de parking dédiée à la recharge des voitures électriques. Ici dans un parking souterrain de Rennes.
Illustration d'une place de parking dédiée à la recharge des voitures électriques. Ici dans un parking souterrain de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Le Breizh Electric Tour fait la promotion des voitures électriques.
  • En Bretagne, le réseau de bornes de recharge est jugé très bon.
  • La région compte 2.800 véhicules électriques mais aimerait voir ce chiffre grimper.

« Les gens qui ont peur de rouler à l’électrique, c’est parce qu’ils craignent de manquer d’autonomie. Aujourd’hui, on peut le dire, en Bretagne on ne risque pas de tomber en panne. » Président du syndicat départemental d’énergie d’Ille-et-Vilaine, Didier Nouyou mise beaucoup sur le Breizh Electric Tour. Ce rallye qui réunira 70 voitures partira de Rennes ce jeudi pour un tour de Bretagne en trois jours.

« Nous avons un formidable réseau »

L’objectif est simple. Il faut être visible pour assurer la promotion de la mobilité électrique et inciter les habitants à s’y mettre. « Nous avons un formidable réseau de 600 bornes de recharge en Bretagne. Il faut le faire connaître », poursuit l’élu. Jean-François Villeret, l’organisateur de ce rallye, confirme. « Le réseau de bornes est très dense ici. Ce rallye, on ne pourrait pas le faire partout en France », assure-t-il.

>> A lire aussi : Et si on faisait rouler les camions au gaz ?

Si les quatre départements bretons ont investi dans ces bornes pourtant coûteuses, c’est bien qu’ils souhaitent voir les habitants se mettre à la voiture électrique. « C’est une vraie réponse aux problématiques de qualité de l’air », estime André Crocq, conseiller régional en charge du dossier. « Mais ce n’est qu’une solution. Ce qu’il nous faut avant tout, c’est changer les usages, pour que chaque voiture transporte plus d’une personne ».

Si l’électrique a le vent en poupe, son poids dans le parc automobile français est encore bien mince. Au printemps, la Bretagne et ses 1,6 millions de véhicules pour trois millions d’habitants ne comptaient que 2.800 voitures nourries à l’électricité. Au total, la France en compte 80.000.

« Il y a un vrai changement dans les comportements et les gens sont très demandeurs », assure Jérôme Blot, directeur commercial chez Nissan à Rennes. « La première question qui se pose c’est celle du rechargement. Les clients veulent savoir où l’on peut le faire, combien de temps ça prend et combien ça coûte ».

Bientôt une carte commune avec les Pays de la Loire ?

Là-aussi, les collectivités aimeraient pouvoir répondre favorablement à ces interrogations. Les syndicats départementaux d’énergie bretons travaillent avec leurs homologues des Pays de la Loire pour la création d’une carte unique de recharge qui serait commune aux deux régions. Mais il faudra attendre 2018, au moins. L’électrique avance, mais avance doucement.