Rennes: Le Crous fait déjà machine arrière sur ses lits connectés

VIE ETUDIANTE Les capteurs installés sur dix lits d’une résidence universitaire vont être retirés…

Jérôme Gicquel

— 

Paul Malignac, PDG d'Espace Loggia, va devoir retirer les capteurs installés sur les lits de la résidence étudiante.
Paul Malignac, PDG d'Espace Loggia, va devoir retirer les capteurs installés sur les lits de la résidence étudiante. — J. Gicquel / 20 Minutes

Pas encore démarré, le test des lits connectés dans une résidence étudiante à Rennes est déjà terminé. Le Crous a en effet décidé de mettre fin à cette expérimentation devant la polémique suscitée.

Mercredi, la société Artisans IoT, filiale du groupe Espace Loggia, avait annoncé l’installation de capteurs Wifi sur dix lits de la résidence étudiante Maine 1 sur le campus de Villejean. Objectif affiché : mesurer l’état d’usure du matériel et permettre ainsi une meilleure gestion du parc mobilier du Crous.

>> A lire aussi : Rennes: Des lits connectés dans une résidence du Crous à la rentrée

« Un programme de flicage et d’espionnage »

En découvrant le projet, beaucoup d’étudiants ont fait part de leur étonnement, dénonçant « un programme de flicage et d’espionnage ». « L’idée d’équiper aléatoirement, sans consentement des étudiant(e) s concerné(e) s et sans informations précises des lits en Cité U ne nous était pas acceptable », a réagi l’Unef dans un communiqué.

« Nous ne sommes bien sûr pas réfractaires à la technologie, mais considérons que de telles innovations doivent se faire avec l’approbation des étudiants, en toute transparence concernant la collecte des données et après une phase de concertation approfondie avec les représentants des étudiants », poursuit le syndicat.

Soucieuse d’éteindre l’incendie en pleine rentrée universitaire, la direction du Crous de Rennes a donc fait machine arrière. « Les équipements seront retirés dans les prochains jours », précise la direction du Crous.