VIDEO. François Damiens et Cécile de France affichent la Bretagne dans tous les cinémas

CINEMA Le film « Otez-moi d’un doute » qui sort ce mercredi a été tourné dans le Morbihan…

Camille Allain

— 

François Damiens et Cécile de France, dans le film Ôtez-moi d'un doute, tourné en Bretagne.
François Damiens et Cécile de France, dans le film Ôtez-moi d'un doute, tourné en Bretagne. — SND Films
  • Le film « Otez-moi d’un doute » qui sort ce mercredi a été tourné dans le Morbihan.
  • La réalisatrice s'est inspirée d'une histoire vraie racontée par un ami.
  • François Damiens et Cécile de France ont tourné deux mois.

Vannes, Larmor Baden, Etel, Plouhinec… Ce mercredi, des milliers de personnes vont découvrir le visage de la côte sud bretonne si elles choisissent d’aller voir Ôtez moi d’un doute, qui sort au cinéma. Ce nouveau film signé Carine Tardieu met en scène François Damiens et Cécile de France dans une comédie dramatique acclamée par la critique et saluée à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.

« Cela correspond bien aux personnages »

Très largement tourné en Bretagne, le film raconte la vie d’Erwan, un démineur breton qui apprend que son père n’est pas son père et qui découvre que la femme qu’il cherchait à séduire est en fait sa sœur. « L’histoire m’a été racontée par un ami breton, qui l’a vécue. Quand on a terminé le scénario, on s’est dit qu’il fallait tourner dans la région. Je pense que les Bretons sont taiseux, secrets et qu’ils ne se livrent pas facilement. Cela correspond bien aux personnages », explique Carine Tardieu.

Pour boucler son film, la réalisatrice a tourné deux mois dans le Morbihan, sous un doux soleil de printemps. « On a dû créer de la fausse pluie », glisse-t-elle, sourire aux lèvres. « Le décor collait bien avec cette côte découpée, cette météo changeante. Tout ça raconte bien les personnages ». La réalisatrice a même adapté son film en découvrant un vieux chalutier abandonné. « Guy Marchand est alors devenu marin-pêcheur ».

Des huîtres en bord de mer

En posant ses caméras dans le Sud-Bretagne, Carine Tardieu a même rendu service à ses acteurs François Damiens et André Vilms qui possèdent tous les deux une maison dans le coin. « Aller manger des huîtres en bord de mer après une journée de tournage, c’est mieux que de foncer dans le métro », poursuit la réalisatrice.

Salué par la critique, le film pourrait être l’un des succès de cette rentrée. Et pourrait au passage servir de clip de promotion pour la région. « C’est un film agréable, sympathique. Il n’y a rien de caricatural et les paysages sont bien traités. Ce sera un vrai plus pour la région », estime Catherine Delalande, responsable d’accueil des tournages en Bretagne, service de la région qui vient en aide aux productions.

La Bretagne boudée par les étrangers

Appréciée des réalisateurs français, la Bretagne est en revanche boudée des étrangers, qui lui préfèrent Paris ou la Riviera. « Ce qu’il nous manque, c’est un film de grande notoriété nationale voire internationale », estime Catherine Delalande.

L’une des dernières fois que la Bretagne avait eu les honneurs des salles obscures, c’était dans Fleur de Tonnerre, où Déborah François et Benjamin Biolay rejouaient l’histoire d’Hélène Jégado, plus grande serial killeuse de l’histoire. Pas franchement une réussite et donc pas de carton au box-office. « Même un très mauvais film ne fait pas beaucoup de tort à une région, car peu de gens vont le voir ».