L'ancien Lorientais Michael Ciani poursuit sa carrière aux États-Unis.
L'ancien Lorientais Michael Ciani poursuit sa carrière aux États-Unis. — L. Venance / AFP

INTERVIEW

MLS: «J'ai l’impression qu’on parle comme si j’étais déjà à la retraite», sourit Michael Ciani

L'ex-défenseur central du FC Lorient a signé au LA Galaxy...

  • Le joueur également passé par Bordeaux et la Lazio rebondit outre-Atlantique, dans l'équipe de l'ancien Rennais Romain Alessandrini.
  • Prêt à affronter le challenge angelino, Ciani garde en même temps un œil sur les performances des Merlus.

Libre depuis la fin de son contrat au FC Lorient, Michael Ciani s’est engagé en faveur du Los Angeles Galaxy pour une durée d’un an et demi (plus une saison en option).

Le défenseur international (33 ans, une sélection), joint dimanche soir par 20 Minutes, va ainsi découvrir la Major League Soccer (MLS).

Pourquoi avoir dit oui à la franchise californienne ?

C’est le meilleur moment de ma carrière pour choisir une destination comme celle-ci. D’autres opportunités se sont présentées à moi, mais le projet du Galaxy m’a plu. C’est une grosse franchise aux États-Unis, et je viens dans l’espoir de construire quelque chose de solide, dans la durée. Et puis, il y a aussi une qualité de vie qui est importante, pour moi et ma famille.

Vous ne vous voyiez pas continuer avec Lorient, redescendu en Ligue 2 ?

Le principal problème fut la relégation. Après, ça m’a vraiment touché, parce que j’estime beaucoup ce club. Mais à l’image de tous les joueurs qui sont partis afin de rester en Ligue 1, je me suis laissé une chance de trouver un club figurant parmi l’élite, que ce soit en France ou ailleurs.

>> A lire aussi: Au FC Lorient, «la philosophie de jeu de Mickaël Landreau va être très nantaise»

L’entraîneur des Merlus, Mickaël Landreau, a-t-il essayé de vous convaincre de rester dans le Morbihan, comme il a pu et su le faire par exemple avec Sylvain Marveaux ?

Au-delà du coach, c’était avant tout le choix de Sylvain. Je crois qu’il en avait marre de bouger… Moi, je n’ai pas eu le coach au téléphone. J’ai eu le président, avec qui je m’entendais très bien et qui m’a proposé de rester. Mais j’ai pris la décision de ne pas renouveler.

Dans l’esprit de beaucoup, aller en MLS équivaut à partir en retraite. Que répondez-vous à ce genre de discours ?

Les gens se font leur propre idée. Il y a des joueurs qui partent en MLS et qui arrivent, malgré tout, à revenir en Europe. Alors c’est vrai, on va peut-être dire que c’est un départ en retraite, d'autant qu’à 33 ans, je ne peux pas cacher que je suis plus proche de la fin que du début (sourire). Mais encore une fois, j’ai accepté le projet, dans un cadre de vie qui est également intéressant pour ma vie future.

Qui dit Los Angeles, dit Hollywood. L’acteur et producteur de films que vous êtes y a réfléchi avant de signer au Galaxy ?

Je n’ai pas pensé en premier lieu au cinéma, mais il est sûr que je pourrai avoir des facilités pour certains de mes projets en étant à Los Angeles. Bon là, j’ai l’impression qu’on parle comme si j’étais déjà à la retraite (sourire). Il ne faut pas mettre de côté le premier objectif qui est de relever les défis que s’impose le club, et ceux que je me lance à titre individuel.

#OnlyWorkPays #Faith #Work #Power #AllDay

A post shared by Michael Ciani (@mikeciani) on

Pendant ce temps, le FCL semble bien parti pour accomplir une grande saison…

Oui, je suis content ! Je dois avouer que les deux nuls concédés en ouverture [1-1 contre Quevilly-Rouen, 0-0 au Gazélec Ajaccio] commençaient à me faire peur… Ils se sont bien rattrapés depuis [trois victoires de suite en championnat, assorties d’une double qualification en Coupe de la Ligue], et je pense que la solution Landreau est très bonne. Il a été un leader dans tous les clubs où il est passé, il est jeune, dynamique… Je suis les résultats du FCL de près, et j’espère qu’il va remonter rapidement en première division.