Rennes: La pollution d'une rivière par Lactalis tue aussi oiseaux et mammifères

ENVIRONNEMENT Quatre tonnes de poissons morts ont déjà été ramassées…

C.A.

— 

Des milliers de poissons sont morts dans la Seiche, à la suite d'une pollution de l'usine Lactalis de Retiers, en Ille-et-Vilaine.
Des milliers de poissons sont morts dans la Seiche, à la suite d'une pollution de l'usine Lactalis de Retiers, en Ille-et-Vilaine. — Eau et rivières de Bretagne
  • Des tonnes de poissons, des mammifères et des oiseaux sont morts asphyxiés.
  • La Seiche, la rivière dans laquelle ils vivaient, a été polluée par un rejet de l’usine Lactalis.
  • Trois associations ont porté plainte contre le groupe, qui a traîné à alerter les autorités.

Des milliers de poissons, mais aussi des ragondins, des mulots et quelques oiseaux. La pollution au lactose émanant de l’usine Lactalis de Retiers (Ille-et-Vilaine) a fait des ravages dans la Seiche. Dans un communiqué diffusé mercredi soir, la préfecture a confirmé que la pollution de la rivière avait également causé la perte de mammifères et volatiles.

Mercredi soir, quatre tonnes de poissons morts avaient ainsi été collectées par les services de l’Etat dans l’affluent de la Vilaine, frappé par la pollution le 18 août. D’Essé à Amanlis, huit kilomètres de rivière seraient impactés par cette pollution. Le déversement accidentel de résidus de lactose a appauvri l’eau en oxygène et entraîne l’asphyxie des poissons. « A ce jour, leur mortalité perdure du fait des déversements initiaux », précise la préfecture.

La station d’épuration était saturée

Pour tenter d’améliorer la situation, des appareils oxygénant l’eau ont été mis en place et des relevés d’oxygénation de l’eau sont effectués quotidiennement. L’incident serait lié à la saturation de la station d’épuration.

Mercredi, les associations Eau & Rivières de Bretagne et Vitré Tuvalu s’étaient jointes à la fédération de pêche pour porter plainte dans le cadre de la procédure judiciaire engagée par l’Agence française de biodiversité. Informée du dysfonctionnement, Lactalis avait mis quatre jours à alerter les autorités de la menace. « Nos associations ne peuvent comprendre, de la part d’un industriel aussi averti que Lactalis, une telle attitude ».

Une inspection de l’usine Lactalis sera réalisée et un procès-verbal pour infraction délictuelle au Code de l’environnement sera dressé par les services de l’Etat.