Bretagne: Les écoles bilingues Diwan s’alarment de la réduction des contrats aidés

EDUCATION Un rassemblement est organisé samedi à Quimper et à Nantes…

J.G. avec AFP

— 

Illustration d'une classe enseignant le breton, ici à Rennes.
Illustration d'une classe enseignant le breton, ici à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

L’annonce de la réduction des contrats aidés par le Gouvernement ne cesse de provoquer du remous. Après l’Association des maires de France, c’est le réseau Diwan, qui enseigne le breton et le français dans ses classes, qui tire la sonnette d’alarme. « Emplois aidés : la rentrée en danger, une solution maintenant », écrit le réseau d’enseignement dans un communiqué.

>> A lire aussi : Une commune normande veut retarder la rentrée dans l'attente d'éclaircissements sur les contrats aidés

Selon le dernier recensement, la cinquantaine d’établissements que compte Diwan devait employer pour la rentrée 207 personnes hors enseignement, dont 141 en emplois aidés. Mais seuls « 51 ont été renouvelés avant le gel brutal et violent décidé par le gouvernement », déplore Diwan.

Diwan soufflera ses quarante bougies cette année

« 45 postes à créer ont été refusés et 39 sont en danger, soit 84 emplois menacés à la rentrée », précise Anna-Vari Chapalain, la directrice de Diwan. « Comment faire tourner une école juste avec des enseignants ? », s’interroge pour sa part Stéphanie Stoll, présidente de l’association.

>> A lire aussi : Contrats aidés: Les maires veulent des mesures avant la rentrée scolaire

Pour faire part de son mécontentement, le réseau Diwan, qui doit fêter son quarantième anniversaire cette année, appelle à un rassemblement samedi à Quimper et à Nantes. « Ce devait être une belle année, mais elle commence fort avec cette histoire », ironise Anna-Vari Chapalain.