Rennes: Une église va voir le jour dans le diocèse, une première depuis 50 ans

ALLÉLUIA L’édifice religieux ouvrira ses portes d’ici la fin de l’année à Saint-Jacques-de-la-Lande…

Jérôme Gicquel

— 

L'église sera implantée dans le quartier de La Morinais à Saint-Jacques-de-la-Lande.
L'église sera implantée dans le quartier de La Morinais à Saint-Jacques-de-la-Lande. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes
  • Aucun édifice religieux n’avait vu le jour depuis 50 ans dans le diocèse.
  • Un projet d’église est aussi prévu dans le quartier Baud-Chardonnet.

Plus habitué à fermer et à vendre ses églises, faute de fidèles, le diocèse de Rennes va connaître un petit événement d’ici la fin de l’année. Le 26 novembre prochain, un nouvel édifice religieux ouvrira ses portes dans le quartier de la Morinais à Saint-Jacques-de-la-Lande, au sud de Rennes.

>> A lire aussi : Club de sport, coworking… Quand l’Eglise vend ses biens immobiliers

Une première depuis près de 50 ans dans le diocèse de Rennes où aucune église n’est sortie de terre depuis les années 1970. « A ville nouvelle, église nouvelle en Bretagne, c’est une évidence », se félicite Monseigneur Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo, mettant en avant « le dynamisme de la métropole rennaise qui ne cesse de s’étendre ».

Une église implantée dans un quartier cosmopolite

Comptant déjà une église, située dans le centre-ville, Saint-Jacques-de-la-Lande comptera donc bientôt deux édifices religieux. « Le quartier de la Morinais est un quartier cosmopolite avec beaucoup de personnes originaires d’Afrique, des Antilles, d’Amérique Latine. Ces personnes avaient besoin d’un repère chrétien dans leur quartier », assure le Père Joseph Lecoq, qui officiera dans la nouvelle église.

Pour ne pas en froisser certains, le diocèse a choisi pour son nouvel édifice « une architecture moderne qui s’intègre dans celle du quartier », souligne Monseigneur d’Ornellas, qui avait béni les cloches de la nouvelle église en avril dernier.

Un projet chiffré à plus de trois millions d’euros

Baptisée Anastasis ou église de la Résurrection, en référence à la célèbre église du Saint-Sépulcre à Jérusalem avec laquelle « elle présente des similitudes dans la façade » selon Monseigneur d’Ornellas, l’édifice religieux sera doté de tout le confort moderne avec près de 150 places assises, une connexion Internet, du matériel de vidéo projection pour retransmettre les messes et même un ascenseur. « C’est une église du XXIe siècle, on n’allait quand même pas construire comme dans le passé », indique-t-on au diocèse.

Pour financer l’édifice religieux, dont le coût est estimé à plus de trois millions d’euros, le diocèse de Rennes a pu compter sur l’argent de la vente de l’église désaffectée de Saint-Marc dans le quartier de Villejean ainsi que sur des legs et donations de fidèles. « On cherche encore à collecter environ 500.000 euros auprès de mécènes », précise Régis Boccard, l’économe du diocèse de Rennes.

Une nouvelle église en projet à Baud-Chardonnet

Preuve de son dynamisme, le diocèse ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et a déjà prévu d’ouvrir une nouvelle église dans les prochains mois au niveau de la plaine de Baud-Chardonnet à Rennes, un nouveau quartier qui accueillera bientôt près de 2.600 logements.