Brest: Après l'accident de cabine, le téléphérique restera fermé jusqu'au 23 août

TRANSPORTS L'opérateur effectuera des essais sans passager en début de semaine prochaine...

F.B.

— 

Le téléphérique urbain à Brest
Le téléphérique urbain à Brest — F. Tanneau/ AFP

Les Brestois et touristes souhaitant utiliser le téléphérique de Brest devront prendre encore leur mal en patience. Le service, suspendu depuis le 10 août en raison d’une chute accidentelle de cabine, ne rouvrira au public avant le mercredi 23 août, annonce l’opérateur Kéolis Brest. Un service à blanc, c’est-à-dire sans passager, aura lieu lundi et mardi.

« La sécurité est une priorité pour le Groupe Keolis, opérateur du réseau de transport public Bibus de Brest métropole. Keolis Brest a mené ces derniers jours plusieurs tests techniques afin de confirmer la bonne marche du téléphérique avec une seule cabine, ce que le système permet, et a décidé de mettre en place une "marche à blanc" du 19 au 22 août 2017 », indique-t-il dans un communiqué.

Date de réouverture non communiquée

« Keolis Brest met tout en œuvre pour permettre aux Brestois de retrouver le téléphérique très prochainement et communiquera la date de réouverture à l’issue de cette "marche à blanc" », précise l’opérateur.

Dans la nuit du 9 au 10 août, l’une des cabines du téléphérique de la ville avait fait une chute de plusieurs mètres de haut lors d’une opération de maintenance. Personne n’avait été blessé.

Déjà pas mal de déboires

Premier téléphérique urbain de France, l’équipement brestois relie en pleine ville la rue Siam au quartier des Capucins au-dessus de la rivière Peinfeld. Il subissait depuis le 7 août sa première maintenance annuelle, enchaîne décidément les déboires..

Dès son lancement le 19 novembre, l’appareil a connu des problèmes, en raison d’une coupure d’électricité. Le dispositif a ensuite subi une série d’incidents comme l’ouverture intempestive des portes de l’une des cabines alors qu’elle se trouvait à une cinquantaine de mètres au-dessus du sol avec un technicien à bord.

>> A lire aussi : Isère : Le téléphérique de Grenoble frappé par la foudre

Entièrement automatisé, le dispositif, d’un coût de 19 millions d’euros, est doté de deux nacelles pouvant embarquer chacune jusqu’à 60 passagers pour un trajet de 420 m réalisé en moins de trois minutes.