Brest: Les dernières lettres de Jack Kerouac vendues aux enchères

VENTE Il échangeait avec le poète breton Youenn Gwernig...

C.A.
— 
Un manuscrit original de Jack Kerouac avait été vend à New York en 2003.
Un manuscrit original de Jack Kerouac avait été vend à New York en 2003. — Fabiano / SIPA

Vous connaissez sans doute Jean-Louis Le Bris de Kervoac, plus souvent appelé Jack Kerouac. Né en 1922 dans le Massachusetts, l’auteur franco-américain de Sur la route a des origines normandes et bretonnes, comme son nom l’atteste. Il y est même venu, en 1965. Une fois rentré aux Etats-Unis, l’auteur phare de la Beat Generation entretiendra une correspondance nourrie avec le poète et écrivain breton Youenn Gwernig.

Ces lettres, écrites de 1966 à 1969, sont les dernières de Jack Kerouac, qui décède en 1969. Ce lundi, elles sont mises en vente aux enchères à Brest.

Selon Ouest-France, les feuillets tapés à la machine ou écrits à la main pourraient être vendus entre 30.000 et 50.000 euros, même si le commissaire-priseur évoque « une estimation difficile ».



C’est la fille aînée de Youenn Gwernig qui a décidé de mettre en vente ces correspondances. Elle explique qu’elle n’a jamais lu les courriers, jusqu’à sa rencontre avec René Tanguy, un photographe qui a publié Sad paradise, la dernière route de Jack Kerouac. Ecrits « en américain des années 50 » ces textes sont aussi mêlés de français, de breton, d’argot new-yorkais et même de joual, un français canadien que Kerouac parlait avant même l’anglais.