Rennes: Vers un regroupement des universités et des grandes écoles

EDUCATION Le projet vise à faire émerger une grande université de recherche et de formation reconnue internationalement…

Jérôme Gicquel

— 

Le campus Beaulieu de l'université Rennes 1, ici le 2 septembre 2016.
Le campus Beaulieu de l'université Rennes 1, ici le 2 septembre 2016. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Les deux universités rennaises et quatre grandes écoles envisagent de se regrouper
  • Le projet vise à faire émerger une grande université de recherche
  • Il y a deux, la fusion des deux universités avait avorté

L’union fait la force. Malgré l’échec de leur fusion début 2015, les universités Rennes 1 et Rennes 2 n’ont pas tiré un trait sur leur rapprochement. Avec quatre autres établissements d’enseignement supérieur rennais (Ecole de chimie, Ecole normale supérieure, Insa et Sciences Po), elles planchent actuellement sur un projet de regroupement « afin de faire émerger une grande université de recherche et de formation reconnue territorialement ».

>> A lire aussi : Université Bretagne-Loire: Une grande fac de l’ouest, à quoi ça sert?

Une délibération commune en ce sens est actuellement votée au sein des conseils d’administration des parties prenantes au projet. « On ne parle pas de fusion mais d’un projet de regroupement des deux universités et des quatre écoles autour d’un établissement commun », assure-t-on du côté de Rennes 2, où la délibération doit être étudiée ce vendredi devant le conseil d’administration.

Un nouvel échec pour décrocher les aides d’Etat

Le nouvel établissement aura notamment pour mission « le développement d’une marque commune », « la mise en place d’une signature scientifique commune » ou « la coordination des stratégies de recherche, d’innovation, de formation et d’internationalisation ».

>> A lire aussi : Après l’Armée de Dumbledore, l’Alliance Rebelle prend le pouvoir à Rennes 2

Dans un monde universitaire de plus en plus concurrentiel, les directeurs rennais semblent désormais décidés à « chasser en meute ». Cela n’a pas toujours été le cas, avec à la clé un échec cuisant en février dernier. Candidate pour la 4e fois aux fonds d’Etat Idex-Isite, Rennes avait encore une fois été recalée par le jury, en raison notamment d’un « problème de gouvernance ».

Faire de Rennes « l’un des dix grands pôles académiques français »

Les critiques ne s’étaient pas fait attendre. Dans une tribune, 17 enseignants-chercheurs rennais avaient dénoncé « des vieux clivages administratifs et scientifiques obsolètes » et appelé de leurs vœux à la mise en place « très rapidement d’une grande université interdisciplinaire », pour faire de Rennes « l’un des dix grands pôles académiques français ».

Le message semble donc avoir été entendu par les directeurs des quatre écoles et des deux universités qui « s’engagent à créer dans le courant de l’année 2018 un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel qui préserve les personnalités morales et juridiques de ses membres ».

Pour l’Unef, ce projet de regroupement va dans le bon sens à condition « que la finalité première soit bien l’amélioration des conditions de vie et d’étude des étudiant(e)s ».