Bretagne: Qui pourra faire barrage à La République en marche dimanche soir?

ELECTION Plusieurs candidats de la droite pourraient s'imposer...

Camille Allain

— 

Le député des Côtes d'Armor Marc Le Fur et la députée d'Ille-et-Vilaine Isabelle Le Callennec.
Le député des Côtes d'Armor Marc Le Fur et la députée d'Ille-et-Vilaine Isabelle Le Callennec. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • La République en marche est arrivée en tête en Bretagne
  • Seuls quelques élus de droite peuvent lui barrer la route aux législatives
  • Marc Le Fur, Maël de Calan et Isabelle Le Callennec espèrent l'emporter

Au soir du premier tour des législatives, la Bretagne s’est distinguée pour avoir envoyé le premier élu La République en marche à l’Assemblée. Dimanche pour le second tour, le député du Morbihan Paul Molac devrait être rejoint par de nombreux candidats du mouvement d’Emmanuel Macron venus de l’Ouest. Pour constituer sa majorité, le président de la République pourra d’ailleurs compter sur Rennes, qui ne devrait pas résister à la vague En marche. Mais ailleurs, d’autres élus pourraient contrecarrer la dynamique, notamment à droite. Exemples.

Isabelle Le Callennec est remontée

La députée sortante de la 5e circonscription d’Ille-et-Vilaine Isabelle Le Callennec connaît bien son adversaire. Lors d’un débat télévisé cette semaine, l’héritière de Pierre Méhaignerie et Christine Cloarec, candidate LREM, se sont tutoyées au cours d’une passe d’arme tendue. Distancée de dix points au premier tour, la députée sortante entend faire jouer « son expérience » pour refaire son retard. Promise à un haut poste en cas de victoire de François Fillon à la présidentielle, Isabelle Le Callennec pourrait tout perdre dimanche.

Dans le département, les duels entre les candidats UDI et LREM s’annoncent également serrés dans les circonscriptions de Fougères et de Saint-Malo, où les sortants Gilles Lurton et Thierry Benoît entendent garder leur fauteuil face à Valérie Fribolle et Nolwenn Vahé.

La fin du doyen, l’arrivée du minot ?

Dans les Côtes d’Armor, le suspense sera total dans le duel entre l’agriculteur En marche Olivier Allain, aujourd’hui membre du conseil régional, et l’historique député de la circonscription Marc Le Fur. Elu de 1993 à 1997 et depuis 2002, le député Les Républicains était réputé indéboulonnable. Arrivé légèrement en tête dimanche (38 % contre 37 pour son adversaire), il pourrait sauver son siège.

Du côté des Républicains, on observera avec attention la 4e circonscription du Finistère où le prometteur Maël de Calan, 36 ans, sera opposé à Sandrine Le Meur, agricultrice bio de 26 ans. Par son profil, la candidate En marche a profité d’une belle couverture médiatique après son score de 30 % au premier tour. Deux points derrière, Maël de Calan s’est lui distingué cette semaine en s’affichant aux côtés du Premier ministre Edouard Philippe. Un duel de jeunes pousses.

Urvoas vers la sortie ?

La tâche sera beaucoup plus ardue pour Jean-Jacques Urvoas. L’ancien ministre de la Justice a été balayé au premier tour (19,77 %) par Annaïg Le Meur, une kinésithérapeute de 43 ans, nouvelle en politique (38,21 %). A quelques kilomètres de là, le ministre de la Cohésion et des territoires Richard Ferrand part en position favorable pour conserver son fauteuil de député… et son poste de ministre. Verdict dimanche, aux alentours de 20h.