Législatives: Opposé à un candidat LREM, un Républicain s'affiche avec le Premier ministre

ELECTIONS Maël de Calan est l’une des personnalités qui montent à droite…

C.A. avec AFP

— 

Capture d'écran du compte Facebook de Maël de Calan, où le candidat Les Républicains s'affiche aux côtés du Premier ministre Edouard Philippe.
Capture d'écran du compte Facebook de Maël de Calan, où le candidat Les Républicains s'affiche aux côtés du Premier ministre Edouard Philippe. — Capture d'écran Facebook

Chemise ouverte, manches remontées et grand sourire. Lundi, au lendemain du raz-de-marée de La République en marche aux législatives, le Premier ministre Edouard Philippe a rencontré à Paris Maël de Calan, candidat Les Républicains aux législatives. Le jeune homme a immortalisé l’instant par une photo, publiée sur son compte Twitter ou sa page Facebook.

Si le cliché a tant fait réagir, c’est qu’au second tour des législatives dimanche, Maël de Calan affrontera une candidate La République en marche dans cette 4e circonscription du Finistère. Sandrine Le Feur, qui a obtenu 30,25 %, devance le candidat Les Républicains, crédité de 28,52 % des voix.

>> Suivez notre live sur les élections législatives

Une rencontre « à titre amical »

Le Premier ministre Edouard Philippe fait-il campagne pour un candidat de la droite ? Matignon dément. Les proches de l’ancien maire du Havre confirment que les deux hommes se sont rencontrés mais seulement « à titre amical ».

Si Edouard Philippe a soutenu publiquement durant la campagne des législatives des candidats LR sans adversaire LREM, la situation de Maël de Calan, opposé à une candidate macroniste, ne permet pas de le soutenir.

Une agricultrice bio de 26 ans

Cette circonscription sera particulièrement observée dimanche. Par la droite d’abord, qui mise beaucoup sur son poulain pour ravir l’ancienne circonscription de Marylise Lebranchu. Mais aussi par En marche !, qui présente là une candidate atypique. Agée de 26 ans, Sandrine Le Feur est agricultrice bio et complètement novice en politique. « Avoir le soutien du Premier ministre, c’est bien. Avoir le soutien du gouvernement et d’Emmanuel Macron, c’est mieux », a-t-elle réagi dans Ouest-France.