Pourquoi les chirurgiens-dentistes font grève toute cette semaine

SANTE Ils réclament une refonte totale du système de soins…

Jérôme Gicquel

— 

Illustration d'une consultation chez un dentiste.
Illustration d'une consultation chez un dentiste. — PHILIPPE MERLE / AFP
  • Dans la ligne de mire des chirurgiens-dentistes, le règlement arbitral imposé par le précédent gouvernement
  • Les prothèses dentaires au cœur de la grogne

Les patients souhaitant se rendre chez leur dentiste cette semaine risquent de trouver portes closes. A l’appel des Cellules départementales de coordination des dentistes libéraux (CCdeli), la profession démarre ce lundi un mouvement de grève un peu partout en France pour protester contre la réforme de leurs tarifs.

En Ille-et-Vilaine, où le mouvement a été lancé en mars, 8 cabinets sur 10 devraient ainsi être fermés toute la semaine. Plusieurs dizaines de départements seront touchés par ce mouvement de grève, notamment la Gironde, la Haute-Garonne, l’Ariège, le Finistère, l’Eure ou les Côtes d’Armor. Une manifestation se tiendra aussi à Rennes mardi après-midi.

« Vers une dentisterie de masse et de piètre qualité »

Dans la ligne de mire des chirurgiens-dentistes, le règlement arbitral imposé par le précédent gouvernement après l’échec des négociations tarifaires entre les syndicats représentatifs des dentistes libéraux (FSDL, CNSD, Union dentaire) et l’Assurance maladie. Il prévoit, à compter du 1er janvier 2018, un plafonnement des tarifs des prothèses en échange de revalorisations des soins conservateurs (détartrage, traitement d’une carie, revitalisation), jugées insuffisantes par la profession.

>> A lire aussi : Soins dentaires trop chers et mal remboursés: La Cour des comptes tire la sonnette d'alarme

« Ce nouveau système est destructeur. La couronne est le seul acte qui nous permet de rentabiliser notre activité et l’ancienne ministre de la Santé Marisol Touraine a fait le choix de privilégier des prothèses à bas coûts. On va tout droit vers une dentisterie de masse et de piètre qualité », dénonce Olivier Ogereau, cofondateur de la première cellule de coordination en Ille-et-Vilaine et chirurgien-dentiste dans la métropole rennaise.

Un mouvement de grogne parti des étudiants

En début d’année, les étudiants en dentaire s’étaient également mobilisés, notamment à Rennes, pour réclamer un changement en profondeur de la dentisterie française. Même son de cloche chez leurs aînés.

>> A lire aussi : Les étudiants dentistes réclament la revalorisation de leurs actes

« Nous en avons marre de travailler comme il y a 30 ans. Nous ne réclamons pas de gagner davantage, nous voulons juste pouvoir travailler avec des techniques actuelles mais le système administratif ne nous le permet pas. Il y a pourtant d’autres thérapies à proposer aux patients plutôt que de recourir systématiquement à la couronne », souligne Olivier Ogereau.