PMU: Les turfistes bretons ont été un peu moins joueurs en 2016

COURSES HIPPIQUES Plus de 264 millions d’euros ont été misés l’an dernier dans la région…

Jérôme Gicquel

— 

Illustration de joueurs du PMU.
Illustration de joueurs du PMU. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Avec 29 hippodromes implantés dans la région et de nombreux élevages, la Bretagne voue une véritable passion pour le cheval. Amateurs de courses hippiques, les Bretons ne sont pas pour autant de grands flambeurs lorsqu’il s’agit de miser sur un canasson. En 2016, plus de 264 millions d’euros ont ainsi été misés au PMU dans la région, soit un recul de 3,8 % sur un an. « Mais nous avions enregistré la meilleure progression de toute la France en 2015 », relativise Nicolas Thiery, directeur régional du PMU.

>> A lire aussi : Pourquoi les Bretons sont si chanceux au PMU

Il n’empêche, l’année 2016 n’a pas été une grande année pour le PMU, en raison notamment d’une conjoncture morose. « Il y a également eu la concurrence de grands événements sportifs cet été avec l’Euro et les JO », précise Nicolas Thierry.

Un jackpot de plus d’un million d’euros à Saint-Malo

A l’échelle régionale, c’est en Ille-et-Vilaine que les joueurs ont misé le plus avec plus de 88 millions d’euros pariés en 2016, devant le Morbihan (69 millions), le Finistère (65) et les Côtes d’Armor (42). Sur les 264 millions d’euros engrangés l’an dernier, le PMU en a reversé 187,7 millions aux parieurs. Certains ont d’ailleurs décroché le jackpot comme ce joueur de Saint-Malo qui a remporté la coquette somme de 1,050 million d’euros le 14 février en misant seulement trois euros.

Dans le courant de l’été, la Bretagne va également servir de test pour le PMU qui expérimentera dans quelques points de vente de la région le pari dématérialisé. Grâce à une application, le joueur pourra préparer son pari sur son smartphone et valider ensuite sa grille automatiquement, grâce à des bornes Bluetooth ou Wifi. Si le test est concluant, le dispositif sera ensuite déployé sur l’ensemble du territoire.