Les membres du collectif "Brezhoneg e Bro Roazhon" ont mené une action ce mercredi à la station République
Les membres du collectif "Brezhoneg e Bro Roazhon" ont mené une action ce mercredi à la station République — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

TRANSPORTS

Rennes: Une action pour réclamer plus de breton dans le métro

Un collectif a mené une opération ce mercredi pour réclamer que la seconde ligne soit bilingue…

  • Un collectif réclame une signalétique bilingue dans la seconde ligne de métro.
  • Seule la station Gares parle en breton sur la première ligne.
  • La ville de Rennes s'est pourtant engagée en faveur du breton en 2015.

Dans les couloirs du métro rennais, la langue bretonne se fait bien discrète. Mise à part à la station Gares où la signalétique est entièrement bilingue, la ligne A ne jure que par le français. Une situation qui agace le collectif « Brezhoneg e Bro Roazhon » (Du breton dans le pays de Rennes) qui a mené une opération ce mercredi midi à la station République pour réclamer « une deuxième ligne de métro réellement bilingue ».

« Pourquoi ne peut-on pas lire ou entendre du breton dans le métro à Rennes, qui est pourtant la capitale de la Bretagne ? », s’interroge Jean-Michel Sanner, porte-parole du collectif. « Si c’est possible à Cardiff, Dublin, Helsinki et même à Brest, où les annonces orales se font en français et en breton dans le tramway, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas possible à Rennes », assure le militant bretonnant.

« Rennes pourrait en faire un argument touristique »

En novembre 2015, Rennes s’est pourtant engagée en faveur du breton en adoptant un plan de politique linguistique. Le document stipule notamment que « la ville s’engage à faire entendre des messages bilingues ou multilingues dans les transports en commun ou lors des diverses manifestations culturelles ».

>> A lire aussi : Rennes: Ils réclament plus de place pour la langue bretonne à l’université

Près de deux ans plus tard, on a beau tendre l’oreille, aucun mot en breton ne résonne dans le métro rennais. « Rennes pourrait pourtant en faire un argument touristique. Les gens qui voyagent attendent du dépaysement et cela passe d’abord par la langue », estime Christian Le Tallec, autre membre du collectif.

La ligne B devrait parler français, breton et anglais

Interrogée sur le sujet, Rennes Métropole, l’autorité chargée des transports, assure que le breton ne sera pas oublié sur la ligne B du métro et précise qu’une signalétique français-breton-anglais devrait être mise en place dans certaines stations. « J’espère juste que ce ne sera pas écrit en tout petit et en italique comme à la gare », réagit Christian Le Tallec.