Législatives: Plébiscitée aux présidentielles, la France Insoumise nourrit des ambitions à Rennes

LEGISLATIVES Les jeunes candidats de la France insoumise espèrent surfer sur les bons scores de Jean-Luc Mélenchon…

Camille Allain

— 

Enora Le Pape et Julien Guyader sont candidats pour la France Insoumise dans la 8e circonscription d'Ille-et-Vilaine.
Enora Le Pape et Julien Guyader sont candidats pour la France Insoumise dans la 8e circonscription d'Ille-et-Vilaine. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Jean-Luc Mélenchon a réalisé de bons scores à Rennes
  • Les candidats France Insoumise espèrent capitaliser sur cette popularité
  • Le scrutin législatif est incertain en Ille-et-Vilaine

La victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle a complètement redistribué les cartes des législatives. A Rennes, où les quatre circonscriptions sont aux mains des socialistes, le résultat est très difficile à anticiper. A trois jours du premier tour, les candidats de la France Insoumise espèrent tirer leur épingle du jeu et surfer sur les bons scores réalisés par Jean-Luc Mélenchon.

Arrivé deuxième derrière Emmanuel Macron à Rennes avec plus de 20 % des voix, le mouvement d’extrême gauche peut-il créer la surprise ? Ses candidats, inconnus du grand public, y croient. « Les gens voient leurs députés comme des coupeurs de rubans. Ils n’ont plus confiance en la classe politique. Nous voulons la renouveler », lâche Enora Le Pape, candidate insoumise dans la très convoitée 8e circonscription.

>> Résultat du 1er tour de la présidentielle dans la 8e circonscription d’Ille-et-Vilaine.

« Je resterai fidèle à mon vote »

Agée de 34 ans, la jeune femme en recherche d’emploi incarne l’esprit du mouvement de Jean-Luc Mélenchon. « Il y a beaucoup de nos candidats qui se présentent pour la première fois. C’est passionnant, très formateur », poursuit-elle. « Nous sommes loin des professionnels de la politique qui usent de leur réseau. »

Dans sa circonscription, le charismatique leader de la France Insoumise a réalisé un score de plus de 20 % au premier tour. Mais que feront les électeurs face à ces candidats novices ? « Je resterai fidèle à mon vote », promet une jeune femme sur le marché de Chavagne. « Nous ne sommes pas les troupes de Jean-Luc Mélenchon. Nous ne demandons pas aux électeurs de voter pour lui mais pour des candidats jeunes, qui représentent notre société », embraye Louis Fricker, candidat dans la 2e circonscription.

« L’inconnu, c’est le taux de participation »

Dans un scrutin très indécis, la qualification pour le second tour dépendra donc de la mobilisation des troupes. « L’inconnu, c’est le taux de participation », reconnaît Julien Guyader, suppléant dans la circonscription. Un constat partagé par le politologue Thomas Frinault. « Ce sera déterminant pour la France Insoumise. Il faudra une forte participation pour que ses candidats accèdent au second tour », assure le chercheur de Rennes 2.

>> Résultat du 1er tour de la présidentielle dans la 3e circonscription d’Ille-et-Vilaine.

En plus de l’abstention, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon pourrait aussi être pénalisé par la présence du Parti communiste. « Ce n’est pas faute d’avoir tendu la main. Mais on se heurte à un mur », regrette Yannick Nadesan, candidat communiste dans la 3e circonscription. Pour espérer se qualifier, les candidats font donc valoir leur opposition claire au projet présidentiel. « Ils se positionnent comme la seule force de gauche prête à s’opposer à Emmanuel Macron. Ils jouent sur l’ambiguïté des autres candidats », poursuit le politologue.