LGV Paris-Rennes: «Normalement, tout est prêt» pour la SNCF

TRANSPORTS Le premier train reliant les deux villes en 1h25 est attendu ce mercredi…

Propos recueillis par Camille Allain

— 

Nathalie Juston, directrice régionale de la SNCF en Bretagne.
Nathalie Juston, directrice régionale de la SNCF en Bretagne. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Le TGV, quasi vide, doit arriver à 10h59 en gare de Rennes
  • « Nous voulons voir comment la rame réagit, comment le conducteur se l’approprie »

Depuis son bureau, la directrice régionale de la SNCF de Bretagne a une vue imprenable sur l’impressionnant chantier de la gare de Rennes et les trains qui s’y arrêtent. Mais ce mercredi, Nathalie Juston se rendra directement sur les quais pour voir arriver le TGV de 10h59. Parti de Paris à 9h34, ce train quasi vide sera le premier à relier les deux villes en 1h25. Impressions, à quelques heures de l’événement.

Un premier train va voyager en 1h25 entre Paris et Rennes ce mercredi. Dans quel but ?

Nous sommes à 25 jours de la livraison officielle de la LGV. Aujourd’hui, c’est une répétition générale, pour s’assurer que tout fonctionne. C’est la première fois qu’un train va circuler à 300 km/h tout au long du trajet. Nous voulons voir comment la rame réagit, comment le conducteur se l’approprie. Nous aurons peut-être des ajustements à apporter ici et là. Pour les conducteurs, il a fallu revoir les gestes du métier, qui a beaucoup évolué.

L’arrivée de ce train, ce sera un grand moment pour eux ?

Pour eux et toutes les personnes qui travaillent sur ce projet depuis des années, oui, ce sera sans doute un moment de fierté et d’émotion. Beaucoup de gens sont mobilisés sur ce projet de LGV depuis des années. Il y a une espèce d’adrénaline de voir la date approcher. Cela va quand même changer la vie des gens.

Ce qui va changer par contre, ce sont les paysages. Vous allez redécouvrir la Mayenne (sourire)

Qu’est ce que cela va changer pour les voyageurs ?

Trente-cinq minutes de gagnées, c’est considérable. Mais à bord du train, les voyageurs ne sentiront pas vraiment le changement. Nous roulions déjà jusqu’à 300 km/h sur certaines portions. A compter du 2 juillet, nous irons jusqu’à 320. Ce qui va changer par contre, ce sont les paysages. Vous allez redécouvrir la Mayenne (sourire).

Que vous reste-t-il à boucler d’ici le 2 juillet et l’ouverture aux voyageurs ?

Normalement, tout est prêt. Nous terminons la formation de nos conducteurs et nous aurons sans doute encore des ajustements à effectuer. Il nous faudra être bon tout de suite, dès le 2 juillet. Mais nous aurons de nombreuses choses à vérifier ce jour-là. Nous avons changé tous nos horaires, donc nous devrons par exemple vérifier que toutes les correspondances fonctionnent parfaitement. Dans notre métier, trente secondes peuvent avoir une grosse influence.