Rennes: Seize artistes associés pour la nouvelle saison au Théâtre national de Bretagne

CULTURE Le metteur en scène Arthur Nauzyciel a repris les rênes de l'institution en début d’année…

J.G. avec AFP

— 

Arthur Nauzyciel, ici en 2012 à Avignon, a pris la direction du Théâtre National de Bretagne (TNB) à Rennes en début d'année.
Arthur Nauzyciel, ici en 2012 à Avignon, a pris la direction du Théâtre National de Bretagne (TNB) à Rennes en début d'année. — BORIS HORVAT / AFP

Pas facile de succéder à François Le Pillouër, resté 22 ans à la tête du Théâtre national de Bretagne. Pour l’aider dans sa tâche, le nouveau directeur Arthur Nauzyciel a décidé d’associer seize artistes à la programmation 2017-2018 de l’institution. Parmi eux, quelques noms déjà connus du grand public comme les écrivains Marie Darrieussecq et Yannick Haenel, les musiciens Albin de la Simone et Keren Ann ou les chorégraphes Damien Jalet et Sidi Larbi Cherkaoui.

Arthur Nauzyciel sera également épaulé par l’historien Patrick Boucheron qui a programmé huit soirées mensuelles sur le thème « Rencontrer l’Histoire », pour « inventer de nouvelles alliances entre le théâtre et l’Histoire ».

Trois pièces d’Arthur Nauzyciel présentées au public

Pour sa première saison à la tête du TNB, le metteur en scène mettra l’accent sur le thème « Nous sommes séparés », qui ambitionne de « réparer les divisions » fracturant la société. « Nous sommes séparés. On n’a jamais autant parlé de murs, de séparations, de divisions. Nous devons résister à la tentation de l’enclos », a-t-il expliqué jeudi soir devant le public venu assister à la présentation de la nouvelle saison.

Acteur et metteur en scène, Arthur Nauzyciel fera également découvrir aux spectateurs du TNB trois de ses créations pendant la saison : Julius Caesar de Shakespeare, une réflexion sur la tentation de la tyrannie, L’Empire des lumières, un drame sur l’âme de la Corée divisée, et Jan Karski (mon nom est une fiction), une pièce d’après le roman de Yannick Haenel qui fait référence au célèbre Polonais qui avait dénoncé les camps d’extermination nazis, thème particulièrement cher au metteur en scène.