Équipe de France: Le onze qu'aurait dû aligner Didier Deschamps pour plaire au public rennais

FOOTBALL Alors que les Bleus vont affronter le Paraguay au Roazhon Park, «20 Minutes» a imaginé une sélection composée uniquement de Rouge et Noir...

Jeremy Goujon

— 

Benoît Costil battu par Laurent Koscielny à Clairefontaine, le 30 mai 2017.
Benoît Costil battu par Laurent Koscielny à Clairefontaine, le 30 mai 2017. — J. E. E. / Sipa
  • Si les anciens Rennais Benoît Costil et Ousmane Dembélé seront peut-être titulaires ce vendredi, DD aurait pu faire mieux...
  • Dans un schéma en 4-3-3, cela donnerait : Costil - Danzé, Fanni, Armand, Théophile-Catherine - M'Vila, Didot, Gourcuff - Dembélé, Briand, Ntep.

À Rennes, tout le monde espère la titularisation d’Ousmane Dembélé, et surtout, celle de Benoît Costil, pour le match de préparation de l’équipe de France contre le Paraguay, ce vendredi au Roazhon Park (21 h).

>> A lire aussi: VIDEO. L’équipe de France débarque à Rennes à la veille de son match contre le Paraguay

Mais en creusant bien, Didier Deschamps aurait vraiment pu faire plaisir aux supporters du Stade Rennais, en alignant un onze 100 % « rouge et noir ». La preuve avec ce 4-3-3 composé de joueurs passés ou évoluant encore au SRFC…

Gardien : Benoît Costil. Deux semaines après ses adieux au club bretillien, le néo-Bordelais pourrait revenir dans son jardin en tant que titulaire chez les Bleus. Quoi qu’il arrive, l’intéressé parle déjà de « clin d’œil super sympa » auprès de la FFF. « Si j’ai le privilège de débuter le match ou d’en jouer une partie, je ne vais pas mentir en disant que ce ne serait pas exceptionnel », ajoute l’homme aux 255 rencontres avec Rennes.

Arrière droit : Romain Danzé. À un poste qui divise régulièrement les 60 millions de sélectionneurs en France, « La Danze » ne ferait pas tache… bien que lui-même ne fasse pas l’unanimité dans la capitale bretonne. Mais le Finistérien a un don : celui d’éliminer un par un tous ses concurrents potentiels au Stade Rennais. Le prochain sur la liste, le Malien Hamari Traoré, sera-t-il lui aussi victime de la « malédiction Danzé » ? À voir…

Défenseur central droit : Rod Fanni. L’actuel Marseillais n’a laissé que des bons souvenirs en Ille-et-Vilaine, où sa puissance, sa vitesse et sa technique dans le couloir droit firent des merveilles pendant trois saisons et demie (2007-décembre 2010). C’est d’ailleurs durant son passage au SRFC que le natif de Martigues, repositionné dans l’axe avec l’âge (35 ans), a connu ses cinq sélections en Bleu. Colosse de Rod.

Défenseur central gauche : Sylvain Armand. Comme on dit souvent que Paolo Maldini aurait mérité un Ballon d’Or pour l’ensemble de son œuvre, « Thiago Sylvain » aurait été digne d’une cape bleu-blanc-rouge. Histoire de mieux soigner sa sortie, étant donné que le désormais ex-Rouge et Noir, retraité aux 506 apparitions en Ligue 1 (14e total ever), fut privé d’épilogue à la hauteur de sa carrière contre Monaco, le 20 mai dernier.

>> A lire aussi: «Je suis entraîneur du Stade Rennais, pas d’une équipe qui prépare un match de kermesse», balance Christian Gourcuff

Arrière gauche : Kévin Théophile-Catherine. Milieu défensif reconverti latéral droit, « KTC » aura finalement fait son trou à Rennes en étant placé à l’opposé. Formé au club, le Briochin passé par Cardiff s’est ensuite imposé à Saint-Étienne. En mars 2016, l’un de ses anciens éducateurs, Laurent Huard, militait ainsi en sa faveur : « Il est athlétique et il aime défendre, ce qui est une qualité rare et précieuse dans le football moderne ».

Milieu défensif : Yann M’Vila. « Il prendra son envol et il ira très haut, parce que des comme lui, il n’y en a pas beaucoup. S’il continue, il aura sa place devant la défense du Barça. » Malgré les louanges de Frédéric Antonetti, M’Vila et sa fameuse passe « Ligue des champions » se seront perdus dans les méandres du haut niveau. Après différents prêts (Inter Milan, Sunderland), l’Amiénois est aujourd’hui lié au Rubin Kazan jusqu’en 2020.

>> A lire aussi: Mais au fait, que deviennent les anciens Rennais Chris Mavinga et Yann M'Vila?

Milieu relayeur : Étienne Didot. Où l’on reparle de l’AC Milan, puisque le Costarmoricain aurait dû être le « Paolo Maldini du Stade Rennais ». Avant la punchline du président Frédéric de Saint-Sernin, d’aucuns prédisaient un avenir international pour le Paimpolais. « Quand il était jeune, on pouvait l’espérer », déclarait Christian Gourcuff dans 20 Minutes. « L’équipe de France, un regret ? Franchement, non », assure pourtant Didot.

Meneur de jeu : Yoann Gourcuff. De l’Uruguay au Paraguay, il n’y avait qu’un pas. C’est effectivement contre la Celeste que « Yoyo » a disputé à ce jour son dernier match avec les Bleus. C’était le 5 juin 2013, à Montevideo (défaite 1-0). Depuis, il est revenu au bercail et opère sous les ordres d’un coach particulier. « Si je n’avais jamais été entraîné par mon père, je l’aurais regretté », estime Gourcuff. Esprit de famille.

Ailier droit : Ousmane Dembélé. Auteur d’une saison remarquable avec le Borussia Dortmund, le phénomène a annoncé la couleur cette semaine sur le site de son club formateur : « Marquer mon premier but en équipe de France au Roazhon Park serait un très beau clin d’œil […] La priorité, c’est le collectif, [mais] si l’occasion se présente, je ne manquerai pas de la mettre au fond. » Car « Dembouz », ce n’est vraiment pas de la m…..

Avant-centre : Jimmy Briand. « À part Alexandre Lacazette, c’est le meilleur attaquant français du championnat de France », nous disait Bertrand Marchand. Sauf que contrairement à l’ex-futur attaquant de l’Atlético Madrid, « Jimmy B » ne figure pas dans le groupe de DD. La preuve ultime que le Guingampais ne reviendra jamais au feu Stade de la route de Lorient (ou alors, en tant qu’adversaire), lui qui a récemment prolongé à l’EAG.

Ailier gauche : Paul-Georges Ntep. Transféré durant le mercato hivernal à Wolfsburg, l’ancienne idole du Roazhon Park a vécu des premiers mois mitigés en Allemagne. Blessé, « PG » n’a même pas pu participer au barrage retour de sa formation le 29 mai, synonyme de maintien en Bundesliga. S’il était donc, de toute façon, indisponible ce soir, une question se pose : qui va orchestrer le clapping de la victoire face aux Paraguayens ?

>> A lire aussi: VIDEO. Le capo des Ultras rennais «ne (voit) pas l'intérêt d'arrêter» le clapping

Auraient également pu être cités : Nicolas Douchez, Dimitri Foulquier, Alou Diarra, Fabien Lemoine, Tiémoué Bakayoko, Clément Chantôme, Abdoulaye Doucouré, Morgan Amalfitano, Julien Féret, Romain Alessandrini, Jirès Kembo-Ekoko…