Rennes: L’ancienne brasserie Kronenbourg enfin ouverte au public

CULTURE La halle d’embouteillage accueille un concert ce jeudi…

Camille Allain

— 

La halle d'embouteillage de l'ancienne brasserie Kronenbourg, ici le 1er juin 2017. Lancer le diaporama
La halle d'embouteillage de l'ancienne brasserie Kronenbourg, ici le 1er juin 2017. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Pas de concert de musiques amplifiées dans la halle d’embouteillage pour ne pas gêner les voisins
  • A côté de la halle, un bâtiment de moins de 1.000 m² va être construit et devrait accueillir des activités tertiaires, du coworking, etc.

Lorsqu’elle a lancé le projet de réaménagement de l’ancienne brasserie Kronenbourg à Saint-Hélier, la ville de Rennes avait insisté sur sa volonté de « garder en mémoire son patrimoine industriel ». La municipalité avait ainsi conservé certains bâtiments pour y construire de nouveaux logements. Mais que faire de l’ancienne halle d’embouteillage ? Depuis quelques années, la question se pose. Cédé à Citédia (qui gère le Liberté et la halle Martenot notamment) en 2012, le bâtiment est longtemps resté la proie des graffeurs depuis la fermeture de la brasserie en 2003, avant d’être entièrement repeint. Mais à l’intérieur, il n’y avait rien.

Jeudi soir, le lieu va pour la première fois accueillir un événement, avec le concert de Timsters, lançant la programmation du festival Transat en ville. Faut-il s’attendre à voir la halle prendre vie ? « Ce lieu est à la disposition de tout le monde », précise d’emblée Dominique Auberger, le directeur de Citédia. « Les Tombées de la nuit et Transat en ville nous l’ont demandé, et nous avons accepté. Mais ça ne présage en rien ce que sera ce lieu demain ».

Pas de musiques amplifiées

Aujourd’hui ouverte au vent et à la pluie, la halle sera en fait entièrement fermée, vraisemblablement par des vitres, afin de pouvoir être chauffée et ainsi utilisée toute l’année à compter de l’automne 2018. Mais pour quel usage ? « Des activités culturelles et événementielles, en complément des halles Martenot et de la Courrouze », selon le directeur de Citédia. En revanche, pas de concert de musiques amplifiées. « Nous avons un accord avec les riverains pour limiter les nuisances ».

Certains bâtiments de l'ancienne brasserie Kronenbourg ont été conservés et transformés en logements, ici le 1er juin 2017.
Certains bâtiments de l'ancienne brasserie Kronenbourg ont été conservés et transformés en logements, ici le 1er juin 2017. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

A Rennes, les associations sont nombreuses à espérer s’y installer. « Ce lieu est absolument magnifique, il est emblématique », commentait l’élue Sylvie Robert, en marge de la présentation de Transat en ville. « Faire revivre cette halle, c’est une excellente nouvelle. Nous sommes fiers d’être les premiers à l’utiliser en public », témoigne Max, président d’I’m from Rennes qui organise le concert de jeudi. « Nous sommes toujours à la recherche de lieux atypiques. Ça fait un moment que l’on regarde celui-là ».

A côté de la halle, un bâtiment de moins de 1.000 m² va également être construit et devrait accueillir des activités tertiaires « en lien avec l’utilisation de la halle » et sans doute une pépinière d’entreprises. Un espace de coworking pourrait également ouvrir. Tous ces projets doivent être validés par le conseil d’administration de Citédia fin juin.