Rennes: Comment Coralis fait face à la baisse de la consommation de lait

ECONOMIE La laiterie rennaise ouvre ses portes au public ce mercredi à la veille de la journée mondiale du lait…

Jérôme Gicquel

— 

L'Ille-et-Vilaine est le premier département laitier de France.
L'Ille-et-Vilaine est le premier département laitier de France. — G.Gobet/AFP
  • La consommation de lait a baissé de près de 15% en France depuis dix ans.
  • Basée à Rennes, la laiterie Coralis réfléchit à de nouveaux produits pour le consommateur.
  • Elle se diversifie également avec d'autres produits laitiers.

Les Français bouderaient-ils le lait ? Alors qu’en 2003, la consommation était de 61 litres par an et par habitant, elle est descendue en 2015 à 51 litres, soit un recul de 15 % en une dizaine d’années. Une tendance qui a des répercussions à la laiterie Coralis, implantée depuis 1949 à Rennes. « Le marché de la brique de lait est en crise, c’est incontestable. Nous avons mis en briques 115 millions de litres en 2015 et nous sommes redescendus à 93 millions l’an dernier », souligne Thierry Collineau, directeur de la laiterie, qui ouve ses portes au public ce mercredi à la veille de la journée mondiale du lait.

Seule bonne nouvelle pour la laiterie, rachetée en 2014 par le géant Agrial, sa marque phare Agrilait continue à gagner des parts de marché dans la région avec « des ventes en hausse de 5 à 7 % ». Sur les marques distributeurs par contre, la baisse est très marquée pour Coralis, concurrencée sur ce marché par des géants comme Candia ou Lactel.

De nouvelles attentes du consommateur

Pour résister à la crise, Coralis réfléchit donc à élargir sa gamme et répondre ainsi à de nouvelles attentes de la part du consommateur. « La demande pour le lait bio ou sans lactose est en forte croissance. Nous devons travailler sur ces types de produits car sinon nous serons menacés », affirme le directeur du site.

>> A lire aussi : Rennes : Des chercheurs travaillent sur «le lait idéal» pour les bébés

Le marché du lait mal en point, Coralis tire donc sa croissance sur d’autres produits laitiers comme la crème fraîche ou le beurre. Dotée d’un nouvel outil de production depuis 2015, la laiterie a ainsi fabriqué l’an dernier 4.200 tonnes de beurre, contre 2.500 tonnes les autres années.

Et pour se faire une place sur un marché très concurrentiel, Coralis mise à fond sur la carte du local. « La laiterie en fait depuis ses origines. Tout le lait qui arrive ici est récolté à 40 kilomètres à la ronde auprès d’environ 700 producteurs », indique Thierry Collineau.