Incendie à Supélec Rennes: L'hypothèse d'un mégot mal éteint à l'origine du drame

JUSTICE Un étudiant est décédé à l'hôpital lundi...

C.A. avec AFP

— 

L'incendie s'est déclaré dans la nuit de lundi à mardi dans une résidence étudiante du campus Supelec à Rennes.
L'incendie s'est déclaré dans la nuit de lundi à mardi dans une résidence étudiante du campus Supelec à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • L'étudiant en état grave est décédé une semaine après l'incendie à Supélec
  • L'enquête écarte la piste de l'accident électrique

Le violent incendie qui a frappé une résidence étudiante du campus Supélec de Rennes le 23 mai a fait une victime. Lundi soir, un étudiant est décédé des suites de ses blessures au CHU Pontchaillou.

Locataire du troisième étage, il avait été retrouvé inconscient par les pompiers. Réanimé, il a fini par succomber aux dommages causés par la fumée. Une semaine après le drame, l’enquête n’a pas permis de déterminer l’origine du feu.

« L’incendie s’est déclaré dans la pièce commune se trouvant au premier étage », déclarait le lieutenant-colonel Patrice Fénéon, qui a commandé l’intervention des pompiers lors de cette nuit d’horreur. Cette pièce de vie, qui comportait une cuisine, pouvait laisser penser à une défaillance d’un appareil électrique.

L'hypothèse d'un mégot mal éteint privilégiée

Ce mardi, le parquet de Rennes a pourtant annoncé « écarter la piste d’un accident électrique ». « La thèse la plus vraisemblable est celle d’un incendie d’origine humaine accidentelle, l’expert émettant l’hypothèse d’un mégot mal éteint », a indiqué le parquet, précisant que les investigations vont se poursuivre.

Mardi matin, le personnel et les élèves de l’établissement ont été réunis pour l’annonce de la mort de leur camarade. Une minute de silence a été respectée sur les quatre sites de l’école.