Rennes: L'abattage des arbres de l'avenue Janvier fait polémique

ENVIRONNEMENT Le réaménagement de l’avenue a été voté en conseil municipal…

Camille Allain

— 

L'abattage des arbres de l'avenue Janvier doit permettre d'agrandir les terrasses.
L'abattage des arbres de l'avenue Janvier doit permettre d'agrandir les terrasses. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

« Rennes est et doit rester une ville verte. » Voici en quelques mots un résumé de la pétition ouverte sur la plateforme Change.org par des habitants de Rennes. Ces derniers entendent protester contre l’abattage des arbres de l’avenue Janvier, ordonné lors de la dernière séance du conseil municipal. Lundi midi, la pétition avait déjà été signée par plus de 6.500 personnes.

Pour la ville, l’enlèvement des arbres est nécessaire au projet de réaménagement de l’avenue, mené en marge de la rénovation de la gare. « Une avenue plus large pour les piétons, les terrasses, les vélos et les transports en commun », expliquait l’adjoint à l’urbanisme Sébastien Sémeril. Pour offrir une vue dégagée aux voyageurs arrivant à Rennes en train, la ville a donc décidé de sacrifier les arbres.

Une « mise à mort »

L’abattage, qui concernerait 85 arbres, n’avait pas été évoqué lors du vote en conseil municipal, mais a été relayée par la presse. « Les arbres de l’avenue Janvier, au-delà de leur présence symbolique pour au moins deux générations de Rennais et de très nombreux voyageurs, sont vivants et en force. Aucun argument d’esthétisme ou de visibilité de la nouvelle gare ne saurait justifier leur mise à mort », dénonce la pétition.

Vue de la façade nord de la future gare de Rennes.
Vue de la façade nord de la future gare de Rennes. - FGP TER Rennes Métropole

Interrogé quelques jours avant le vote de la délibération, l’adjoint à l’urbanisme avait promis que cet abattage « serait compensé par des aménagements paysagers » et permettrait « un meilleur ensoleillement de l’avenue ». L’opération devrait également mettre un terme à l’envahissement des étourneaux, qui s’arrêtent chaque année dans l’avenue au moment de leur migration.