Législatives: Dans le Finistère, le cas Richard Ferrand agite la campagne

ELECTIONS Fragilisé par les affaires, le ministre de la Cohésion des Territoires défend son fauteuil de député dans la 6e circonscription…

Jérôme Gicquel

— 

Richard Ferrand de La République en marche, le 11 mai 2017 au QG du mouvement à Paris.
Richard Ferrand de La République en marche, le 11 mai 2017 au QG du mouvement à Paris. — Eric FEFERBERG / POOL / AFP
  • Le ministre devra démissionner en cas de défaite aux législatives.
  • Il aura face à lui le maire de Carhaix Christian Troadec et la candidate des Républicains Gaëlle Nicolas.
  • A Quimper, Jean-Jacques Urvoas brigue un troisième et dernier mandat.

Pour Richard Ferrand, le chemin vers un deuxième mandat de député s’annonçait tout tracé. Fort de sa nouvelle notoriété obtenue pendant la campagne présidentielle, le nouveau ministre de la Cohésion des Territoires abordait les législatives avec la casquette de grandissime favori à sa propre succession dans la 6e circonscription du Finistère (Châteaulin-Carhaix).

>> A lire aussi : Qui est Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires?

Fragilisé par les révélations du Canard Enchaîné sur une opération immobilière concernant sa campagne et sur l’emploi de son fils comme attaché parlementaire, le député sortant et candidat de la République en Marche est devenu une cible de choix pour ses adversaires politiques.

Il devra démissionner du Gouvernement en cas de défaite

Pour son principal adversaire Christian Troadec, ce dossier « fait vraiment désordre au moment où le premier gouvernement d’Emmanuel Macron affirme vouloir moraliser la vie politique ». Candidat pour Oui la Bretagne dans la circonscription, le maire de Carhaix pourrait tirer profit de cette situation dans les urnes, tout comme Gaëlle Nicolas, candidate Les Républicains et maire de Châteaulin.

Richard Ferrand risque donc gros pour ces législatives car en cas de défaite, il devra également démissionner de son poste de ministre.

Urvoas brigue et troisième et dernier mandat

Dans le reste du département, qui avait offert un grand chelem à la gauche en 2012 (huit sièges de députés), quelques poids lourds seront également en lice. C’est le cas à Quimper où l’ancien Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas briguera un troisième et dernier mandat de député.

>> A lire aussi : Législatives: La République en marche veut faire tanguer le navire socialiste dans les Côtes d’Armor

A Morlaix par contre, les électeurs devront faire sans Marylise Lebranchu. Députée depuis 20 ans, l’ancienne ministre de la Fonction Publique a transmis le flambeau à Gwenegan Bui, conseiller régional PS. Il aura notamment face à lui Maël de Calan, l’une des figures montantes des Républicains.