Bretagne: Drouges, l’histoire d’un petit village paumé qui s’est pris d’amour pour la culture US

FESTIVAL La commune d’Ille-et-Vilaine accueille la 2e édition du Farm & Village Blues festival…

Camille Allain

— 

Photo prise lors de la première édition du Farm & Village Blues Festival, à Drouges, en Ille-et-Vilaine. Lancer le diaporama
Photo prise lors de la première édition du Farm & Village Blues Festival, à Drouges, en Ille-et-Vilaine. — Misteratomic
  • La commune de Drouges accueille le Farm & village Blues festival les 27 et 28 mai
  • L’événement s’attarde sur la culture américaine des années 1920 aux années 1950

Drouges, c’est 534 habitants à l’année, une superficie de 11 kilomètres carrés et une situation un peu paumée, à quelques kilomètres de La Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine). Mais Drouges, c’est aussi devenu un événement festif, qui rassemble les passionnés de la culture des années 1950 aux Etats-Unis.

Créé l’an dernier, le Farm & Village Blues festival revient samedi et dimanche pour une seconde édition de son événement consacré à la culture américaine des années 1920 aux années 1960. Musique blues, vieilles bagnoles et drapeaux étoilés vont envahir le petit village breton. L’idée est née l’an dernier dans l’esprit de Christophe, qui bosse dans un barber shop branché de Paris. « Il voulait créer quelque chose en milieu rural, apporter de la culture là où il n’y en a pas », raconte Emi, amie du fondateur et programmatrice du festival.

« Amoureux de la Bretagne », le barbier découvre alors Drouges, au hasard d’un détour chez des amis qui avait repris un restaurant, le seul commerce du village, qui a fermé depuis. « Ici, il n’y a pas de boulangerie, pas de bureau de tabac ou de distributeur », prévient Emi.

« Il y avait une bonne ambiance »

Organisée en quelques semaines, la première édition avait visiblement ravi les habitants de la commune, peu habitués à voir des vieilles Cadillac et des barbus aux cheveux longs débarquer. « Il y avait une bonne ambiance. Ça a été très bien perçu par les habitants », assure Patricia Marsollier, la nouvelle maire de la commune.

Seul regret, l’affluence extérieure avait été plombée par la pénurie d’essence qui paralysait l’ouest de la France. « On avait quand même 300 personnes. On aimerait bien en accueillir 500 cette année », poursuit Emi.

Samedi et dimanche, neuf groupes viendront faire résonner leur musique blues, cajun, country punk. Un marché artisanal sera également installé avec des fringues vintage, des vinyles et des guitares cigar box seront présentées. Des vieilles bagnoles et des vieux tracteurs seront aussi exposés.