Rennes: 20 ans de prison pour la femme qui avait tenté d’assassiner son mari à plusieurs reprises

JUSTICE Son amant a écopé d’une peine de dix ans de réclusion…

J.G.

— 

Illustration de la salle d'audience de la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, à Rennes.
Illustration de la salle d'audience de la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

La cour d’assises d’Ille-et-Vilaine a confirmé vendredi soir en appel la peine de 20 ans de réclusion prononcée à l’encontre d’une femme de 44 ans, reconnue coupable d’avoir tenté d’assassiner son mari à plusieurs reprises près de la Gacilly (Morbihan). Son amant a quant à lui été condamné à dix ans de prison tandis que l’auteur de l’agression a écopé de douze ans de réclusion criminelle, rapporte Ouest-France.

Les faits remontent à 2011. Une nuit de septembre, la femme, mère de sept enfants, avait prétexté une crevaison pour faire venir son mari en rase campagne. Occupé à réparer la roue, l’époux avait été frappé à coups de barre de fer avant d’être poignardé à plusieurs reprises par un jeune homme qui se révélera être l’ancien petit ami de sa fille.

Le mari drogué à son insu par son épouse

Au cours de l’enquête, les gendarmes avaient découvert que ce n’était pas la première fois que la femme essayait de tuer son mari, sa voiture ayant déjà été sabotée à trois reprises. Cinq mois après l’agression, le couple avait refait parler de lui. Lors d’une audition, les gendarmes avaient interrogé le mari, très affaibli. L’homme était en fait drogué à son insu depuis des mois. Prise au piège, sa femme avait finalement avoué avoir tenté d’assassiner son mari.

>> A lire aussi : Rennes: «J’étais un mort-vivant», témoigne l'homme victime de multiples tentatives d’assassinat par sa femme

Le procès en appel n’a permis de lever tout le voile sur cette affaire et notamment sur les motivations de l’épouse. Il pourrait s’agir d’une question d’argent puisque le mari avait souscrit une prévoyance auprès de son employeur. En cas de décès, la femme aurait pu toucher un à deux millions d’euros.