Bretagne: Neuf ans de prison pour le meurtre d’un étudiant dans une boîte de nuit

JUSTICE Le drame s’était déroulé dans la nuit du 20 au 21 décembre 2014 dans les Côtes d’Armor…

J.G. avec AFP

— 

L'entrée de la salle de cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, dans le Parlement de Bretagne, à Rennes.
L'entrée de la salle de cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, dans le Parlement de Bretagne, à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Un jeune homme de 19 ans a été condamné vendredi soir par la cour d’assises des Côtes d’Armor à neuf ans de prison pour avoir tué d’un coup de couteau un étudiant de 18 ans dans une discothèque. Le drame s’était déroulé dans la nuit du 20 au 21 décembre 2014 au Bacardi à Callac, entre Lannion et Carhaix. A l’issue de trois jours de procès à huis clos, il a été reconnu coupable de « violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

La cour a décidé de ne pas écarter l’excuse de minorité, contrairement à ce qu’avait demandé l’avocat général qui avait requis dans la matinée une peine comprise entre 10 et 12 ans de réclusion criminelle. Le soir du drame, la boîte de nuit accueillait 1.300 personnes, pour une capacité autorisée de 650 participants. Selon l’enquête, l’alcool y coulait à flots et plus d’une vingtaine de bagarres avaient éclaté.

Une enquête hors normes après le drame

Vers 4h30, au bord de la piste de danse, Pierre Baron, étudiant en BTS agricole, s’était soudain effondré, sans que personne n’ait vu qu’il avait été touché au ventre par la lame d’un couteau-suisse. Originaire de Landeleau, non loin de Carhaix (Finistère), il était décédé sur place d’une hémorragie interne. Une enquête hors normes avait permis de conduire plus d’un millier d’interrogatoires.

Au bout de six mois, quatre personnes avaient finalement été interpellées. Parmi elles, un lycéen de 17 ans qui avait fini par reconnaître les faits. Alors qu’il s’apprêtait à passer son bac pro pour devenir conducteur routier, le lycéen de Carhaix avait été incarcéré en juin 2015. Cette affaire avait suscité une grande émotion en Centre Bretagne. Une marche blanche avait réuni plus de 2.000 personnes dans le village de la victime.