Coupe du monde U20: «Je ne pouvais pas y aller en ayant la Côte d'Ivoire dans la tête», révèle Joris Gnagnon

INTERVIEW Le défenseur central du Stade Rennais n’a pas été retenu en équipe de France pour l’épreuve planétaire prévue en Corée du Sud…

Propos recueillis par Jeremy Goujon

— 

Joris Gnagnon, ici lors de la victoire du Stade Rennais face à Lorient en Coupe de la Ligue, le 26 octobre 2016.
Joris Gnagnon, ici lors de la victoire du Stade Rennais face à Lorient en Coupe de la Ligue, le 26 octobre 2016. — L. Venance / AFP
  • Seul Denis-Will Poha représentera le Stade Rennais chez les Bleuets, durant le Mondial U20 sud-coréen (20 mai-11 juin).
  • Les deux « JG », Jérémy Gélin et Joris Gnagnon, n'ont en effet pas été appelés par le sélectionneur Ludovic Batelli.
  • Lequel a déclaré que le défenseur central rouge et noir avait opté pour la Côte d'Ivoire... bien que l'intéressé préfère ne pas se précipiter (avant de l'annoncer lui-même).

Alors qu’ils étaient trois à espérer être convoqués, un seul élément du Stade Rennais (Denis-Will Poha) figure dans la liste de l’équipe de France U20 dévoilée ce lundi par le sélectionneur Ludovic Batelli, en vue de la Coupe du monde en Corée du Sud (du 20 mai au 11 juin). Le défenseur central Joris Gnagnon, joint par 20 Minutes, n’en fait donc pas partie…

Votre absence confirme-t-elle les rumeurs de ces derniers jours, à savoir que vous auriez choisi la Côte d’Ivoire pour votre avenir international ?

Non, ça ne veut absolument rien dire. Pour l’instant, je n’ai encore rien communiqué à ce sujet. J’attends la fin de saison pour prendre ma décision [Batelli a pourtant affirmé ce jour, en citant des propos du joueur, que Gnagnon avait choisi les Éléphants].

A lire aussi: «Je ne savais même pas que Joris Gnagnon avait la double nationalité», déclare le sélectionneur des U20 Ludovic Batelli

Êtes-vous déçu, du coup, de ne pas participer au Mondial ?

Oui, je suis vraiment déçu, car c’était un objectif. Mais je ne pouvais pas aller à la Coupe du monde en ayant la Côte d’Ivoire dans la tête, c’est-à-dire que je ne suis pas à 100 % avec la France. Je comprends donc tout à fait le choix du coach.

Qu’est-ce que vous vous êtes dit avec Ludovic Batelli, justement ?

Il était parti pour me prendre, à la base. Il m’a appelé et posé la question [relative au choix à effectuer], et je lui ai répondu que ça allait être compliqué, parce que je ne savais pas pour quelle nation j’allais jouer. Il m’a dit : « D’accord », tout en étant très déçu. Il ne pouvait pas faire autrement [que de ne pas l’inclure dans la sélection], car la liste devait très vite tomber. Je ne sais pas par qui il m’a remplacé, mais j’espère en tout cas qu’ils feront une très bonne Coupe du monde.

>> A lire aussi: «J’ai couru partout, et les crampes m’ont rattrapé», quand Joris Gnagnon foirait sa célébration après son but contre Nantes

La perspective éventuelle de disputer celle des « grands » avec les Éléphants, l’année prochaine en Russie, peut-elle influer sur votre décision ?

J’y ai pensé. Faire une Coupe du monde à 21 ans, ce serait pas mal, quand même (sourire). C’est quelque chose qui m’attire énormément. J’ai discuté avec le sélectionneur Marc Wilmots, en lui disant également que ça allait être compliqué. Mais je sais qu’ils vont me prendre dans l’équipe (sic).

La situation est-elle plus limpide concernant le Stade Rennais : on vous retrouvera bien en rouge et noir la saison prochaine ?

Je n’en sais rien, je ne sais pas ce qu’il va se passer pour moi. Je l’espère, on verra bien.