1er mai: Les syndicats «ont l'impression qu'on va vers des jours compliqués»

SOCIAL Les syndicats s'inquiètent des programmes de Le Pen et Macron...

Camille Allain

— 

Manifestation du 1er mai 2015 à Rennes. Fabrice Le Restif, de Force Ouvrière.
Manifestation du 1er mai 2015 à Rennes. Fabrice Le Restif, de Force Ouvrière. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Un 1er mai bien particulier. Comme en 2002, la fête des travailleurs s’invite dans l’entre deux-tours de l’élection présidentielle. Hasard de l’histoire, le Front national est encore une fois au second tour, comme en 2002… A Rennes, terre de lutte contre la loi Travail, les syndicats défileront à partir de 10h30. Avec des inquiétudes.

>> A lire aussi: Les syndicarts en ordre dispersé

« J’ai l’impression qu’on va vers des jours compliqués », témoigne Fabrice Le Restif. Le secrétaire départemental de Force Ouvrière s’inquiète de voir Marine Le Pen et Emmanuel Macron au second tour. « On s’attend à ce que l’on tape sur les syndicats et les libertés syndicales », poursuit le responsable local.

A Rennes, comme à Paris, la CGT, FO, Sud-Solidaires et la FSU défileront ensemble « pour les droits des travailleurs », sans pour autant donner de consigne de vote pour le second tour, contrairement à la CFDT, qui appelle à voter pour Emmanuel Macron. « Le 1er mai n’est pas une manifestation politique. Elle ne doit pas être récupérée et instrumentalisée », estime le leader de FO. Pour Loïc Morel, secrétaire départemental de la CGT, la présence du FN au second tour « n’est pas une bonne nouvelle. C’est un danger contre lequel nous luttons depuis des années ».

« Certains essaient de diviser la population »

Après quelques débordements lors de la manifestation « Ni Le Pen ni Macron » de jeudi, les syndicats espèrent également que leur cortège pourra défiler sans incident.

« Notre message pour ce 1er mai, c’est la solidarité. Certains essaient de diviser la population, les salariés du public contre ceux du privé, les étrangers contre les Français. Ce n’est pas notre vision des choses », ajoute Sylvain Vermet, de Force Ouvrière.