VIDEO. Rennes: Agressé, un policier sort son arme lors de la manifestation «Ni Le Pen ni Macron»

MANIFESTATION La scène s’est déroulée en tête de cortège…

J.G. et C.A.

— 

Des policiers sur le pont Saint-Hélier, à Rennes, lors de la manifestation contre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le 27 avril 2017.
Des policiers sur le pont Saint-Hélier, à Rennes, lors de la manifestation contre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, le 27 avril 2017. — C. Allain / APEI / 20 Minutes
  • Le policier a été frappé avec un bâton par plusieurs manifestants masqués
  • « Il a sans doute pris peur, il a tenu en joue un des manifestants »

La manifestation « Ni Le Pen, ni Macron » a commencé dans le calme à Rennes avant que plusieurs incidents éclatent. Alors que des manifestants s’apprêtaient à envahir les voies de chemin de fer, un policier a été violemment pris à partie par un petit groupe de manifestants. Il a alors sorti son arme afin de faire reculer ses agresseurs, comme le montre l’image postée par un photographe présent sur place.

« Il a tenu en joue un manifestant pendant une minute peut-être »

Affecté à la circulation, le policier était posté sur sa moto au niveau du pont de Nantes, quand plusieurs manifestants l’ont frappé. « Il ne les a pas vus arriver. Ils étaient masqués, ils l’ont frappé avec un bâton. Il est alors descendu de sa moto et a sorti son arme », raconte un autre photographe témoin de la scène. « Il a sans doute pris peur. Il a tenu en joue un des manifestants pendant un moment, une minute peut-être, pour le faire reculer », poursuit le photographe.

Dans un communiqué, la préfecture a confirmé la sortie de l’arme de service par ce policier « isolé », « dans un réflexe de légitime défense » précisant que l’agent a agi « avec sang-froid, tempérance et modération ». Le préfet Christophe Mirmand a par ailleurs condamné « toute forme de violence ».

D’après ce témoin, le policier est ensuite remonté sur sa moto et a quitté les lieux. « Il était un peu esseulé, sa collègue était un peu plus loin. » D’après notre journaliste sur place, la scène s’est déroulée dans un moment confus alors que des manifestants s’en prenaient au mobilier urbain.

La manifestation se poursuit actuellement à Rennes. Le cortège est actuellement sur le pont Saint-Hélier, où les policiers font usage de gaz lacrymogènes pour tenter de disperser le cortège.