Avec son Fashion Week-End, Rennes se met à la mode

EVENEMENT La capitale bretonne abrite de nombreux petits créateurs…

Camille Allain

— 

Plusieurs défilés avaient été organisés lors du premier Fashion Week-End à Rennes, en 2016.
Plusieurs défilés avaient été organisés lors du premier Fashion Week-End à Rennes, en 2016. — DMA Galerie

Rennes ne sera jamais Paris, Londres ou Milan. Mais depuis quelques années, la capitale bretonne semble affirmer son goût pour la mode. L’agrandissement récent de l’école Esmod en est un exemple. Le bouillonnement des boutiques éphémères et des marchés de créateurs en est un autre. Ne manquait qu’un événement fédérateur. Né l’an dernier dans la confidentialité, le Fashion Week-End prend cette année l’étoffe d’un vrai rendez-vous de la mode.

« Un vrai savoir-faire à Rennes »

De vendredi à dimanche, le public pourra profiter de défilés, de marchés de créateurs, de vide-dressing, pilotés par la Galerie DMA, organisateur de l’événement. « Il y a un vrai savoir-faire à Rennes. Des stylistes, des plasticiens, des musiciens, des gens qui ont beaucoup de talent, qui sont motivés, mais qui n’ont pas de vitrine », assure Isaure Quillien, chargée du projet.

 

Le programme du #fwrennes Jevousexplique

Une publication partagée par Galerie DMA (@dma.galerie) le 24 Mars 2017 à 3h10 PDT

C’est pour faire la promotion de ces invisibles que le Fashion Week-End est né. Un créneau qui n’avait jusqu’ici pas ou peu été exploité. « Les choses bougent beaucoup à Rennes. On sent qu’il y a un public pour ces défilés. Dans les boutiques on voit plus de créations, plus de chic », témoigne Morgane Fraga.

Une vingtaine de créatrices présentes

Après dix ans passés à Paris chez Agnès B, Hermès ou Le Bon Marché, cette Malouine de 30 ans est rentrée au pays pour créer il y a quelques mois sa marque « C’est pas l’usine ». « Les gens s’interrogent sur les vêtements qu’ils portent, où ils ont été fabriqués et veulent connaître le créateur qui est derrière ».

Morgane Fraga a créé sa propre marque C'est pas l'usine, qui sera présentée lors du Fashion Week-End à Rennes.
Morgane Fraga a créé sa propre marque C'est pas l'usine, qui sera présentée lors du Fashion Week-End à Rennes. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Comme elle, une vingtaine de créatrices (le féminin l’emporte) présenteront leurs vêtements et accessoires tout au long du week-end. Une étape nécessaire pour ces femmes, qui ne vendent que sur Internet. « Ça m’a donné une visibilité et ça m’a permis de me faire connaître. C’est aussi une bonne occasion de rencontrer d’autres créateurs », rapporte Sylive Kirchhoff, qui a présenté sa marque Des Nœuds & des Mailles lors de la première édition.

« Ce n’est pas uniformisé  »

A travers son événement, la Galerie DMA se plaît aussi à casser les codes habituels de la mode. Les mannequins, bénévoles, ne sont pas professionnels et ne défilent pas sur un podium sous les flashs. « Les filles ne font pas toutes la même taille, ce n’est pas uniformisé. Elles vont parfois défiler sans prévenir, au milieu du public. Ça amène une proximité », explique Isaure Quillien.

En s’installant à l’Hôtel Pasteur et en organisant des parcours dans la ville, la Galerie DMA espère aussi faire venir un public nouveau, peu habitué à fréquenter les petits créateurs.