Bretagne: Trois militants d’extrême droite bientôt jugés pour violences en réunion

JUSTICE Ils sont suspectés d’avoir agressé des manifestants lors de la venue de Marion Maréchal-Le Pen le 20 janvier à Fougères….

J.G.

— 

Un militant du GUD lors d'une manifestation à Paris le 8 mai 2011
Un militant du GUD lors d'une manifestation à Paris le 8 mai 2011 — Jacques Demarthon AFP

Trois hommes d’une trentaine d’années ont été interpellés la semaine dernière dans la Manche et dans la banlieue de Rennes à la suite de violences commises le 20 janvier dernier en marge d’un meeting de Marion Maréchal-Le Pen à Fougères (Ille-et-Vilaine).

Sympathisants du Gud (Groupe d’union de défense), organisation étudiante d’extrême droite connue pour ses actions violentes, ils sont soupçonnés d’avoir agressé trois manifestants qui avaient participé à un rassemblement anti-FN ce jour-là, rapporte Ouest-France.

Une alarme avait fait fuir les agresseurs

Après avoir reçu des coups de poing et de pied, l’une des victimes avait été violemment projetée contre la devanture d’une bijouterie. Cela avait provoqué le déclenchement de l’alarme et avait fait fuir les agresseurs.

Les trois individus, déjà connus pour des faits de violence, seront convoqués le 12 juillet devant le tribunal de grande instance de Rennes pour violences en réunion.