Équipe de France U20: «Je ne savais même pas que Joris Gnagnon avait la double nationalité»

FOOTBALL Le défenseur central du Stade Rennais, qui peut également jouer pour la Côte d’Ivoire, a été appelé pour la première fois par le sélectionneur Ludovic Batelli…

Jeremy Goujon
— 
Le Rennais Joris Gnagnon face au Parisien Ángel Di María, le 14 janvier 2017.
Le Rennais Joris Gnagnon face au Parisien Ángel Di María, le 14 janvier 2017. — D. Meyer / AFP

L’équipe de France ou la Côte d’Ivoire ? La Côte d’Ivoire ou l’équipe de France ? Si la question est désormais réglée pour l’ancien Rennais Tiémoué Bakayoko (*), convoqué pour la première fois par Didier Deschamps afin de pallier l’absence de Paul Pogba, elle se pose encore pour Joris Gnagnon.

Courtisé par les Éléphants

À l’instar de son aîné, la révélation de la saison côté Stade Rennais (20 titularisations et un but en 2016-2017) possède la double nationalité, et peut donc prétendre dans le futur à l’une des deux sélections susnommées. « Je suis encore en réflexion », avouait le jeune défenseur central (20 ans) la semaine dernière, quelques mois après une approche de la fédération ivoirienne via… Giovanni Sio.

Gnagnon en pleine célébration avec Giovanni Sio et Firmin Mubele.
Gnagnon en pleine célébration avec Giovanni Sio et Firmin Mubele. - J.-F. Monier / AFP

« Le staff est venu vers moi pour me parler de Joris, confiait ainsi l’attaquant du SRFC (20 capes sous la tunique des Éléphants), en novembre 2016. J’ai alors dit tout le bien que je pense de lui. Tôt ou tard, il sera amené à être appelé… s’il choisit la sélection ivoirienne. »

Remarqué pour ses prestations

À défaut d’avoir tranché, Gnagnon vient cependant de donner une sérieuse indication quant à son avenir international, lui qui a été convoqué pour la première fois (bis) en équipe de France U20 dans l’optique du « Tournoi 4 Nations », prévu en Bretagne du 23 au 28 mars - avec l’Angleterre, le Portugal et le Sénégal. « C’est un sentiment incroyable et une fierté de pouvoir porter le maillot bleu, a déclaré le phénomène. C’est un plus énorme auquel je ne dis évidemment pas non. »



Pour sa part, Ludovic Batelli affiche-t-il clairement son intention de convaincre définitivement le patron de l’arrière-garde rouge et noire ? « Déjà, ce n’est pas le premier critère de choix, répond le sélectionneur des Bleuets, interrogé lundi soir par 20 Minutes. Le premier critère, c’est la qualité du joueur et son évolution. Je ne savais même pas qu’il avait la double nationalité, car ce n’est pas le genre de chose que je regarde. Je regarde uniquement les performances sur le terrain, et depuis son entrée dans le groupe pro du Stade Rennais, Joris a énormément progressé. C’est ce qui explique avant tout sa présence sur ce rassemblement. »

Dilemme cornélien

S’il lui a annoncé « il y a 15 jours qu’il allait venir avec (nous) », Batelli attend simplement de faire plus ample connaissance avec le natif de Bondy (Seine-Saint-Denis), selon son fonctionnement habituel. « On aura le temps de discuter ensemble, puisque je mets en place beaucoup d’entretiens individuels avec les joueurs, décrit le mentor des champions d’Europe (U19) en titre. On parlera d’abord de football, de son ressenti sur le jeu, puis de la façon dont il se sent dans le groupe. Et après, de sa perception des choses pour la suite, s’il se voit plutôt chez nous ou avec la Côte d’Ivoire. Le choix leur appartient toujours [aux binationaux]. »

« Ça ne va pas être facile, mais il faudra bien choisir », a conscience Joris Gnagnon, d’ores et déjà assuré d’un « temps de jeu conséquent » lors de la semaine à venir. « Mais il ne fera pas les trois matchs », prévient Ludovic Batelli, soucieux d’assurer le retour en club de ses protégés « avec toute leur intégrité physique ».

(*) À condition que l'actuel Monégasque joue au Luxembourg (25 mars) et/ou contre l'Espagne (28 mars).