Parce que les clubs français sont nuls en Coupe d'Europe, ils proposent une Premier League bretonne

FOOTBALL Le mouvement autonomiste Breizh Europa parle également d'une fusion avec le championnat écossais...

Jeremy Goujon

— 

La banderole déployée par le Roazhon Celtic Kop avant Rennes-Glasgow, en octobre 2011.
La banderole déployée par le Roazhon Celtic Kop avant Rennes-Glasgow, en octobre 2011. — D. Meyer / AFP

« À quoi bon jouer les faire-valoir dans un championnat français où les premiers sont incapables de bien figurer dans les coupes européennes ? » Pour Breizh Europa, la remuntada du Barça contre le PSG a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

« Un ratio nombre de clubs/nombre d’habitants tout à fait étonnant »

Une semaine après l’incroyable dénouement au Camp Nou, le mouvement autonomiste breton, fondé en octobre 2013, a ainsi publié un communiqué dans lequel apparaît une proposition de « Premier League bretonne », censé permettre le développement des clubs locaux.

>> A lire aussi: Caroline Ollivro, la revanche d'une blonde

Rappelant tout d’abord le bilan famélique des équipes françaises dans les épreuves continentales (« Seulement deux titres [OM 1993, PSG 1996] en plus de 60 ans d’existence »), la présidente de Breizh Europa, Caroline Ollivro, estime ensuite que « la Bretagne, elle, possède une véritable culture footballistique », considérant le fort contingent en Ligue 1 (Stade Rennais, En Avant de Guingamp, FC Lorient, FC Nantes). Et ce, malgré le fait que « la population bretonne représente seulement 1/13e de la population hexagonale ».

Vers des retrouvailles entre le SRFC et les deux géants de Glasgow ?

Mais parce que lesdites escouades « n’ont pas les moyens de lutter à armes égales contre les pétrodollars parisiens ou monégasques, ou encore les moyens annoncés par le milliardaire américain Frank McCourt à l’OM […] il apparaît évident qu’il nous faut un championnat autonome, afin que ces clubs accèdent à l’Europe de manière régulière ».

Caroline Ollivro imagine également une fusion entre cet hypothétique championnat breton et la Premiership écossaise, « qui manque de participants ». C’est sûr qu’une nouvelle confrontation entre Rennes et le Celtic Glasgow aurait de la gueule, finalement (les Rouge et Noir ont aussi croisé la route des Glasgow Rangers, en 1971-1972)…