Présidentielle: Le Bonnet rouge Christian Troadec jette l'éponge

ELECTION Il cherchait à obtenir les 500 parrainages nécessaires…

20 Minutes avec AFP
— 
L'ancien chef de file des "Bonnets rouges" Christian Troadec, ici à la préfecture de Rennes.
L'ancien chef de file des "Bonnets rouges" Christian Troadec, ici à la préfecture de Rennes. — Frank Perry AFP

Il fut l’un des premiers à se déclarer candidat à l’élection présidentielle. Il est aussi l’un des premiers à renoncer. A moins de deux mois du premier tour de l’élection, le régionaliste Christian Troadec a décidé de jeter l’éponge.



Le maire divers gauche de Carhaix (Finistère), cofondateur du Festival des Vieilles Charrues, a annoncé lundi son retrait de la course à la présidentielle en raison des « effets pervers » selon lui des nouvelles dispositions rendant publics les parrainages. « Certains des signataires en faveur de ma candidature ont eu à affronter des reproches de la part d’autres élus de leur famille politique », explique l’ancien chef de file des Bonnets rouges.

Une « pression inadmissible »

« C’est là un des effets pervers de la nouvelle réglementation rendant publiques les signatures », poursuit l’élu, jugeant qu’il s’agit d’un « exemple de pression inadmissible qui fait hésiter bien des signataires potentiels ». Christian Troadec peinait à récolter les 500 parrainages requis pour pouvoir être candidat à la présidentielle.

Le Conseil constitutionnel a dévoilé mercredi dernier la liste des premiers élus à avoir parrainé un candidat à la présidentielle, un maillon du nouveau dispositif visant à rendre plus transparente la vie publique, sur fond de campagne minée par les affaires.