La Bretagne drague les touristes étrangers qui l’ont plantée l’été dernier

TOURISME D’importants moyens de communication sont déployés par la région…

Camille Allain

— 

La campagne touristique d'Atout France fait la promotion de la Bretagne.
La campagne touristique d'Atout France fait la promotion de la Bretagne. — CRT Bretagne / Atout France

Le contexte n’était pas favorable. Entre la peur des attentats, le Brexit et l’image renvoyée par certaines manifestations contre la loi Travail ou Notre-Dame-des-Landes, l’industrie du tourisme bretonne s’attendait à une année 2016 compliquée. Elle a finalement été « satisfaisante », selon la vice-présidente de la région en charge du tourisme. « L’année était remplie d’incertitudes. La fréquentation a baissé partout en France mais moins que ce que nous avions envisagé », assure Anne Gallo.

96 millions de nuitées en 2016

Après un cru 2015 exceptionnel marqué par le passage du Tour de France et par l’effet « marée du siècle », la Bretagne a donc vu le nombre de nuitées reculer de 2,7 % l’an dernier. La région a tout de même compilé 96 millions de nuitées, soit un niveau équivalent à 2014.

La campagne touristique d'Atout France fait la promotion de la Bretagne.
La campagne touristique d'Atout France fait la promotion de la Bretagne. - CRT Bretagne / Atout France

Le point négatif, c’est que c’est surtout la clientèle étrangère qui a fait défaut. A quelques semaines du printemps et du lancement de la nouvelle saison, le comité régional du tourisme (CRT) a donc insisté sur la nécessité de reconquérir les étrangers. « Il faut conforter notre place chez nos voisins européens mais aussi conquérir de nouveaux marchés émergents », justifie Maud Gicquel, chargée de la communication sur les marchés étrangers au CRT.

Le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Pays-Bas…

Pour attirer les touristes, la région va surtout investir dans d’importantes campagnes de publicité et communiquer dans la presse étrangère. En partenariat avec Atout France, la Bretagne va afficher ses paysages sur 450 panneaux du métro de Londres, mais aussi à Cologne (Allemagne), Amsterdam et Rotterdam (Pays-Bas). « Ce sera une opération très visible. Au Royaume-Uni, la campagne est évaluée à deux millions de livres (2,4 millions d’euros) », détaille le Britannique Michael Dodds, directeur du comité régional du tourisme.

Un bus en Espagne arbore une campagne de promotion de la Bretagne avec une photo de Rennes.
Un bus en Espagne arbore une campagne de promotion de la Bretagne avec une photo de Rennes. - CRT Bretagne

Pour reconquérir le cœur des Allemands, la Bretagne peut également miser sur son ambassadeur le commissaire Dupin. Le personnage principal des livres de Jean-Luc Bannalec, pseudonyme de l’auteur allemand Jörg Bong, a fait découvrir la région à des millions d’Allemands. « En Cornouaille, ils sont les premiers visiteurs étrangers », poursuit Michael Dodds. La clientèle espagnole étant de plus en plus nombreuse en Bretagne, des affiches seront également déployées à Madrid et Barcelone.

Conquête en Australie et en Chine

Au total, ces campagnes coûteront 812.000 euros à la région, soit 10 % de plus que l’an dernier. Conséquent mais insuffisant pour être visible partout. Le comité régional du tourisme s’est donc tourné vers des partenariats qui se révèlent très efficaces. La Bretagne sera mise à l’honneur dans les vitrines des 42 magasins Perrysport (équivalent de Décathlon) aux Pays-Bas. Le comité régional voit même plus loin et s’apprête à cibler les marchés australiens et chinois.