Rennes: François Hollande signe un gros chèque pour rénover les quartiers

POLITIQUE Le président de la République s’est rendu à Maurepas ce matin…

C.A.

— 

François Hollande, ici aux côtés de la maire de Rennes Nathalie Appéré, lors de la signature du programme de renouvellement urbain, le 16 février 2017.
François Hollande, ici aux côtés de la maire de Rennes Nathalie Appéré, lors de la signature du programme de renouvellement urbain, le 16 février 2017. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

« Ce quartier n’est pas le plus riche de France, mais c’est sans doute l’un des plus joyeux. » Il n’avait pas passé une heure avec les habitants de Maurepas que le président de la République semblait déjà sous le charme. Venu parler de la politique de la ville, François Hollande a plutôt reçu un bon accueil ce jeudi matin à Rennes. Il en a profité pour signer la première convention du nouveau programme national de renouvellement urbain. Un chèque de 100 millions d’euros qui servira à la rénovation des quartiers rennais.

>> A lire aussi: Le Blosne et Maurepas vont changer de visage

Cette subvention de 70 millions d’euros, à laquelle s’ajoute un prêt de 30 millions, permettra à la capitale bretonne de financer son ambitieux programme de « requalification urbaine » dans les quartiers de Maurepas, de Villejean et du Blosne. Des tours y seront déconstruites, d’autres rénovées, les pôles commerciaux seront repensés et des activités économiques y seront implantées, pour un montant évalué à 500 millions d’euros. « Cleunay a vécu ce renouvellement il y a des années. Il faut inciter les habitants à revenir dans ces quartiers, faire de la mixité sociale à l’envers », poursuit Sébastien Sémeril, adjoint de Nathalie Appéré en charge de l’urbanisme.

Avec l’arrivée prochaine de la ligne B du métro, le chantier a déjà démarré à Maurepas. Les barres d’immeubles à l’ancienne, comme le Balleroy, ont été rasées. Les pôles commerciaux comme Le Gast ont également été repensés. Ici comme au Gros Chêne, il faudra déconstruire les dalles. « Ces aménagements étaient considérés comme d’une grande modernité à l’époque. Aujourd’hui, on voit que ce n’est plus adapté », concède le socialiste.

« Il fallait faire quelque chose »

Ancien élu très connu à Maurepas, Yves Préault a assisté ce jeudi à la visite de François Hollande, satisfait de voir des crédits alloués à son quartier. « C’est bien, pour le Gros Chêne notamment, où il fallait faire quelque chose. L’arrivée du métro va faire du bien aussi. Quand on a commencé les travaux, on se faisait engueuler à cause du bruit, maintenant on se fait engueuler parce que ça ne pas assez vite », plaisante l’ancien élu.

Le renouvellement urbain des trois quartiers rennais devrait durer au moins dix ans. « Jamais nous n’avons eu autant de moyens, mais il y a une attente qui s’exprime de la part des habitants », admet d’ailleurs la maire Nathalie Appéré.

« Rennes a été pionnière »

Un message visiblement entendu par le président. « Rennes a été pionnière dans sa politique de la ville car elle a su écouter les aspirations des habitants et pas seulement empiler des mécanismes d’investissements », a conclu François Hollande, avant de quitter la capitale bretonne pour rejoindre Brest.