Ligue 1: Et si l'attaquant niçois Mickaël Le Bihan effectuait son retour à Lorient?

FOOTBALL Ce serait un sacré clin d'œil pour le plus Azuréen des Morbihannais, longtemps blessé en raison d'une fracture du tibia...

Jeremy Goujon

— 

Mickaël Le Bihan célébrant son but contre Bordeaux avec ses partenaires, le 23 septembre 2015.
Mickaël Le Bihan célébrant son but contre Bordeaux avec ses partenaires, le 23 septembre 2015. — V. Hache / AFP

Quand le malheur des uns fait le bonheur des autres. Sorti sur blessure à Rennes (genou droit), Alassane Pléa n’a que peu de chances d’être de la suite du road trip breton de l’OGC Nice, attendu à Lorient samedi (20 h).

Bihan tête contre Mont-de-Marsan

Le premier diagnostic, « étirements du ligament latéral externe et du muscle poplité », ne laisse même planer aucun doute, alors que le meilleur buteur des Aiglons (11 réalisations), au ménisque externe peut-être également touché, devrait connaître la durée exacte de son indisponibilité d’ici quelques heures - des examens approfondis ayant été effectués mercredi.

Son forfait dans le Morbihan libère par conséquent une place dans le groupe de Lucien Favre, strapontin que pourrait éventuellement chiper un certain Mickaël Le Bihan. Si rien ne dit que le technicien suisse fera appel au natif de Ploemeur, celui-ci est en tout cas (enfin) opérationnel. Tellement que Le Bihan a retrouvé le chemin des filets, le week-end dernier, avec la réserve niçoise.

Une « sacoche », dixit le compte Twitter du Gym, expédiée sous la barre face à Mont-de-Marsan (CFA), comme pour oublier définitivement près de 16 mois de galère. Entre le 23 septembre 2015 et le 14 janvier 2017, l’ancien goleador du Havre n’aura en effet participé à aucune rencontre de son club, ni avec l’équipe fanion, ni avec la réserve - avec laquelle il reprend goût à la compétition depuis plusieurs semaines.

La faute à une fracture de fatigue du tibia intervenue lors de la première titularisation de sa carrière en Ligue 1, où le rêve (un but, une passe décisive au cours du 6-1 infligé à Bordeaux) allait donc se transformer en cauchemar. Une sensation de déjà-vu, finalement, puisque Mickaël Le Bihan avait souffert du même mal à Sedan (2009-2013).

Pour Lorient, il a toujours plaidé coupable

Un pensionnaire de L2 qui permit toutefois au Morbihannais de « rebondir », après une saison passée (au travers) « à domicile », au FC Lorient.

« De mémoire, il était à Saint-Raphaël [Le Bihan y vivait depuis l’âge de huit ans], se souvient pour 20 Minutes l’un de ses entraîneurs chez les Merlus, Hervé Guégan. Il était tout jeune, il est venu faire un essai et je l’avais trouvé très intéressant : bonne technique, bonne sensibilité du jeu et grosse adresse sur les frappes de l’intérieur du pied. De là, on l’avait fait signer sous convention. Malheureusement, il ne s’est pas exprimé comme on l’aurait souhaité dans la saison. Il n’a pas forcément été très rigoureux dans son fonctionnement. Il a déconné, mais je sais qu’il l’a reconnu. »

L’attaquant a ainsi fait son mea culpa à plusieurs reprises, notamment au moment d’un 16e de finale de Coupe de France contre le… FCL, en janvier 2013. « Je n’en veux pas du tout au club, car c’est moi qui étais sur le terrain à ce moment-là. Il faut bien accepter le fait de ne pas avoir percé là-bas. Mais je le dis : je n’ai vraiment pas d’esprit de revanche avant ce match. Si je dois en vouloir à quelqu’un, c’est à moi. »

« S’il a envie, il reviendra »

Mickaël Le Bihan n’honorera qu’une de ses deux années de contrat amateur (« Il est parti d’un commun accord »), après deux petites apparitions en CFA 2 sous le maillot tango.

« À l’époque, il était surtout avec les U19 », précise Guégan, alors en charge de la réserve lorientaise. Avec le recul, l’actuel coach des… U19 Nationaux du PSG aurait aimé que l’histoire soit différente. « C’est quelqu’un que j’appréciais beaucoup, et j’étais déçu qu’il quitte Lorient. Quand on est responsable d’un centre de formation comme je l’étais, l’objectif est justement de former des joueurs pour le club. Il est allé ailleurs, il a flambé, tant pis pour nous et tant mieux pour lui. »

>> A lire aussi : OGC Nice: Si Balotelli «baisse la tête», c'est que «les buteurs ont de l'ego»

Beau joueur, Hervé Guégan ne doute pas d’un retour de flamme de son ex-protégé. « Il est en pleine force de l’âge [26 ans], après, c’est une question de motivation. S’il a envie de revenir, il va faire ce qu’il faut et il reviendra. » Dès samedi soir au Moustoir ? Ça, seul Lucien Favre en décidera…