Rennes : Les secrètes cartoucheries de la Courrouze reprennent vie

PATRIMOINE Le site méconnu a été retenu dans le cadre du budget participatif…

Camille Allain

— 

Le site des cartoucheries de la Courrouze, à Rennes. Lancer le diaporama
Le site des cartoucheries de la Courrouze, à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Des murs de plus de deux mètres d’épaisseur érigés en cas d’explosion, qui forment un petit labyrinthe où la végétation a repris ses droits, et quelques toutes petites maisons aux murs de pierres. Les cartoucheries, c’est un site chargé d’histoire, dont le nom rappelle qu’avant d’être un quartier champignon, la Courrouze était un important arsenal militaire. Abandonnées depuis des décennies, ces anciennes cartoucheries reprennent vie grâce à la mobilisation d’habitants du quartier.

Dominique Krikorian, de l'asso des cartoucheries, et Kelig, directeur du Big Bang Circus.
Dominique Krikorian, de l'asso des cartoucheries, et Kelig, directeur du Big Bang Circus. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Lundi, leur projet a été retenu dans le cadre du budget participatif de la ville de Rennes. L’association en cours de création recevra 100.000 euros pour mener à bien son projet de valorisation. « Nous voulons couvrir six des 18 maisonnettes afin de créer une salle pour accueillir les habitants. Nous pourrions aussi recevoir des artistes en résidence ». Passionnée, Dominique Krikorian porte ce projet depuis quelques mois.

Epaulée par d’autres habitants de la Courrouze, elle espère mettre en valeur le site, longtemps laissé en friche, en agrandissant le solarium, en créant une petite scène et un jardin des saveurs. Jusqu’ici, seuls quelques étudiants en architecture s’étaient aventurés à défricher les lieux. « La légende urbaine raconte que c’est ici que des femmes remplissaient les cartouches de poudre. Chacune était assise dans une maisonnette », rapporte Dominique Krikorian. D’autres versions évoquent un simple lieu de stockage des munitions.

« C’est magique ici »

Abandonné depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, le site a longtemps été fermé au public. Jusqu’à ce que les militaires vendent leurs terrains à la métropole afin d’aménager le quartier. « Au printemps et en été, c’est magique ici. C’est une friche en pleine ville », témoigne Kelig, le directeur du Big Band Circus, qui a installé son chapiteau ici en juillet 2014.

Ouvert sur la ville, le site des cartoucheries va garder quelques espaces en friche « pour que les enfants puissent y faire des cabanes ». Mais il espère bien accueillir de plus en plus d’événements. Le Made festival, l’événement techno qui monte à Rennes, y posera ses valises le 21 mai.