Guingamp: Salibur rêvait de Premier League mais son transfert a foiré… Pas grave, il garde la pêche!

MERCATO Et on ose croire que ce n'est pas de la langue de bois...

J.S.-M.

— 

Yannis Salibur félicité par son capitaine Jimmy Briand, en décembre dernier.
Yannis Salibur félicité par son capitaine Jimmy Briand, en décembre dernier. — F. Tanneau / AFP

Un mercato n’en serait pas vraiment un sans une histoire improbable de fax  qui arrive trop tard ou de dossier qui se goupille mal. C’est le Guingampais Yannis Salibur qui a été le protagoniste d’un tel scénario lors de ce mercato d’hiver.

Le joueur a su seulement lundi, près d’une semaine après la fermeture du marché, qu’il restait finalement à Guingamp : un problème de paperasse  mal ficelée par Hull City, qui voulait apparemment attirer l’ailier-attaquant pour dix millions d’euros.

>> A lire aussi : Mercato: La palme du solde négatif de l'hiver revient sans conteste à la Ligue 1

Salibur, qui a retrouvé la compétition ce mercredi face à Marseille (défaite 2-0), n'a apparemment pas été perturbé par la mésaventure. « C’est le foot, a commenté le joueur devant les micros. Certaines choses se font, et d’autres non. Ça aurait été une opportunité, bien sûr, mais ce n’était pas une obligation de partir. C’était du bonus pour moi. Bien sûr que j’y croyais. Pendant cette semaine, je me suis dit : "Si Dieu le veut, ça se fera, sinon…" »

« Tout ce que je suis, je le dois à Guingamp »

Son président Bertrand Desplat a tenu le même discours à nos confrères de L’Équipe (en substance) : « Tant mieux s’il part, mais ce n’est pas grave s’il ne part pas ». Le patron de l’En Avant lâche même qu’il a « donné rendez-vous » à Hull pour la fin de saison.

Tout cela est bien loin, nuance Yannis Salibur. « Je suis ni dans le passé, ni dans le futur. Je suis à fond à Guingamp, je ne suis jamais parti. Et je n’oublie pas que tout ce que je suis, je le dois à Guingamp. » En attendant le gros contrat et le gros salaire cet été, on fait profil bas, donc !

>> A lire aussi : OM-Guingamp (2-0): Les Bretons ragent sur le but de Gomis... «Hors-jeu d'un mètre», ose Kombouaré