Rennes : Le Crous veut remplir ses Cités U quand les étudiants désertent

LOGEMENT Des courts séjours sont proposés aux étudiants...

Camille Allain

— 

La salle de loisirs de la cité universitaire Alsace, gérée par le Crous à Rennes.
La salle de loisirs de la cité universitaire Alsace, gérée par le Crous à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

En ce début d’année, pas une seule des 900 chambres ou 300 studios de la résidence universitaire Alsace n’est libre. Situé en face de la fac de Rennes 2, le bâtiment affiche complet depuis la rentrée de septembre. D’ici quelques semaines pourtant, les logements vont progressivement se vider au rythme des stages des étudiants.

« Cela commence à se vider en février »

Soucieux d’exploiter au mieux son parc de 5.500 logements à Rennes, le Crous a donc décidé de lancer une campagne vantant les courts séjours. « Nous sommes débordés de demandes pendant l’été. Mais une fois la rentrée passée, les étudiants ne pensent plus trop à nous solliciter », constate Christelle Nihouarn, en charge de la communication au Crous Bretagne.

>> Le Crous s'adapte aux exigences d'étudiants toujours plus pressés

Depuis plusieurs années, les chambres du Crous sont pourtant disponibles à la location, y compris pour deux nuits. « Le rythme de l’année étudiante a changé. On voit que cela commence à se vider en février, surtout à partir d’avril ».

Un studio de la résidence universitaire Alsace gérée par le Crous, ici à Rennes.
Un studio de la résidence universitaire Alsace gérée par le Crous, ici à Rennes. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Louées à partir de 15 euros la nuit, les Cités U peuvent offrir une solution intéressante pour les étudiants en stage court ou effectuant un job d’été. « On voit trop souvent des jeunes choisir leur stage ou leur job en fonction des possibilités de l’hébergement. Ce n’est pas notre conception du logement », poursuit Cécile Guibert, directrice de la cité universitaire de Villejean.

Le Crous aimerait surtout éviter de voir ses immeubles désertés lors de la période estivale. A Rennes, l’été dernier, seules 150 des 900 chambres de la résidence Alsace étaient occupées, en grande partie par des étudiants étrangers restant en France.

Pas de touristes

La structure se refuse pourtant à ouvrir ses portes aux touristes de passage, comme cela se fait dans d’autres pays d’Europe. En Norvège par exemple, certaines Cités U se transforment en auberge de jeunesse. « Ce n’est pas notre rôle. Nous avons une mission de service public. Et puis nous ne voulons surtout pas faire de concurrence à l’hôtellerie », assure la directrice de la communication.