Brest: Le CHU lourdement condamné pour une grave erreur médicale

JUSTICE Une patiente avait subi quatre interventions chirurgicales à la suite d’une IVG…

J.G.
— 
Illustration d'un CHU. Ici à Pontchaillou à Rennes.
Illustration d'un CHU. Ici à Pontchaillou à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Le tribunal administratif de Rennes a condamné mercredi le CHU de Brest à verser plus de 285.000 euros à une patiente, victime d’une grave erreur médicale à la suite d’une interruption volontaire de grossesse, rapporte Le Télégramme. Les faits s’étaient déroulés en 2009. Déjà maman d’un petit garçon, la jeune femme de 29 ans avait été contrainte de mettre fin à sa seconde grossesse en raison « d’une embryopathie d’origine génétique ».

L’intervention s’était malheureusement mal déroulée, « le muscle utérin ayant été perforé et une partie des intestins aspirés par la canule », souligne le quotidien. A la suite de cette erreur, la patiente avait dû subir deux autres interventions chirurgicales et rester plus d’un mois à l’hôpital.

La famille de la patiente également indemnisée

Le tribunal administratif de Rennes a finalement considéré que le CHU de Brest était « le seul responsable de l’ensemble des préjudices qui présentent un lien direct et certain avec la faute ».

Il a été condamné à verser 285.000 euros à la jeune femme pour compenser notamment sa perte de salaire, celle-ci avait été licenciée en mai 2012 après avoir été reconnue physiquement inapte à l’exercice de ses fonctions. La famille de la patiente sera également indemnisée pour compenser les préjudices subis.