Menacé par les Chinois, le granit breton est désormais protégé

PATRIMOINE L’Inpi vient de lui attribuer une indication géographique…

J.G. avec AFP

— 

Alors secrétaire d'Etat chargé du commerce et de l'artisanat, Frédéric Lefebvre avait visité une entreprise granitière le 24 novembre 2011 à Louvigné-du-Désert (Ille-et-Vilaine).
Alors secrétaire d'Etat chargé du commerce et de l'artisanat, Frédéric Lefebvre avait visité une entreprise granitière le 24 novembre 2011 à Louvigné-du-Désert (Ille-et-Vilaine). — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Après plusieurs années de combat, les granitiers bretons tiennent leur victoire. Depuis vendredi, le granit breton est homologué « indication géographique » par l’Institut national de la propriété intellectuelle (Inpi), assurant ainsi « aux consommateurs l’authenticité des produits qu’ils achètent ».

« Ce label va permettre de différencier le granit breton face à une concurrence internationale, notamment chinoise, souvent exacerbée. L’enjeu, pour notre industrie, pour nos entreprises, est d’accompagner une montée en gamme de nos produits grâce à des signes distinctifs clairement identifiables », a réagi dans un communiqué le député d’Ille-et-Vilaine Thierry Benoît.

Une indication limitée à une aire géographique

« C’est la consécration de la réputation du granit de Bretagne, de la qualité de notre travail. Notre profession a trop souvent souffert de tromperies sur l’origine, économiquement désastreuses, au cœur d’une offre mondialisée », a ajouté Christian Corlay, secrétaire général de l’association Indication géographique Granit de Bretagne, qui rassemble à ce jour 22 entreprises.

>> A lire aussi : Le granit breton veut se tailler une notoriété

L’indication géographique « Granit de Bretagne » couvre le granit extrait de carrières, les enrochements, les produits semi-finis (tranches, produits en cours de finition) et les produits finis (funéraire, voirie, aménagement urbain, bâtiment, produits décoratifs). Les opérations d’extraction et de fabrication doivent être réalisées dans une aire géographique comprenant les Côtes-d’Armor, le Finistère, l’Ille-et-Vilaine, le Morbihan et la commune de Saint-James, dans la Manche.