Rennes: Le projet de RER ne part pas sur de bons rails

TRANSPORT Une étude commandée par la métropole révèle le coût extrêmement élevé d’un tel projet…

Jérôme Gicquel

— 

Le projet de RER vise à augmenter la fréquence des trains régionaux sur l'étoile ferroviaire rennaise.
Le projet de RER vise à augmenter la fréquence des trains régionaux sur l'étoile ferroviaire rennaise. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Sujet phare de la campagne des municipales en 2014, le projet de RER rennais, le TREM (Train Express Rennes Métropole), est encore loin d’être sur les rails. Menée de mai à décembre, une étude de faisabilité montre le coût extrêmement élevé d’un tel projet, qui vise à renforcer la desserte ferroviaire dans le périurbain rennais.

>> A lire aussi : Décaler les heures d’école pour limiter les embouteillages à Rennes?

Cela passe notamment par l’augmentation de la fréquence des trains en heures de pointe sur les cinq lignes de l’étoile ferroviaire rennaise, souvent saturées, et donc par le doublement des voies sur ces lignes. Mais tout cela a un coût : entre 835 millions et un milliard d’euros selon l’étude, pour « une hausse de la fréquentation de 10 % à 50 % selon les axes ».

Un projet pas encore enterré

Un montant qui a de quoi refroidir certains élus. « Nous devons optimiser l’offre existante. Il faut voir maintenant si un tel investissement se justifie compte tenu notamment du gain de voyageurs envisagé », souligne Emmanuel Couet, président de Rennes Métropole, qui se refuse pourtant à « enterrer le projet ».

« Nous allons poursuivre les échanges avec la région et la SNCF car ce projet est complexe techniquement et financièrement très lourd », poursuit Emmanuel Couet, qui a évoqué le sujet jeudi soir lors d’une séance du conseil de Rennes Métropole.

Le développement de bus en site propre privilégié 

Afin de réduire les déplacements en voiture, encore majoritairement plébiscitée par les habitants de la métropole, les élus planchent également sur d’autres alternatives, beaucoup moins onéreuses, comme le développement de bus en site propre.

>> A lire aussi : Pour ses bus électriques, Rennes Métropole a choisi Bolloré

« On observe que quand il y a le bus et le train dans une même commune, le train transporte sept fois moins de voyageurs », souligne Jean-Jacques Bernard, élu en charge des transports. Un argument qui a de quoi faire réfléchir les partisans du RER.

Mots-clés :