Rennes: Les artistes urbains ont désormais leur QG

CULTURE Un local dédié à la pratique du street art a ouvert ses portes Route de Sainte-Foix…

Jérôme Gicquel

— 

L'atelier permet notamment d'expérimenter ses créations avant d'aller peindre en ville.
L'atelier permet notamment d'expérimenter ses créations avant d'aller peindre en ville. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

« On est quand même mieux ici au chaud qu’à peindre dehors un dimanche dans une usine pourrie. » Tranquillement installé dans un canapé, Paul Dolléans, alias Mya, ne boude pas son plaisir. Depuis quelques mois, les artistes de street art rennais disposent désormais d’un local situé Route de Sainte-Foix pour échanger, s’entraider et stocker du matériel.

Inauguré en novembre, l’atelier de 260 m2 a été confié par la ville à l’association de soutien au réseau urbain d’expression (Asarue) afin de structurer un peu la pratique du street art dans la capitale bretonne. « Ce lieu nous permet d’accueillir les graffeurs qui débarquent en ville, de les orienter. C’est aussi un lieu d’expérimentation. On peut venir y faire des essais avant d’aller peindre en ville », indique Benjamin Brenier, alias Fortunes, l’un des quatre bénévoles de l’association.

Une trentaine de murs d’expression libre en ville

Plus connue pour sa scène musicale, Rennes regorge aussi de talents en matière de street art. Figure de proue de cette scène, le graffeur War est déjà bien connu des Rennais avec ses œuvres présentes aux quatre coins de la ville.

Autour de lui gravite une trentaine d’artistes particulièrement actifs sur les murs de la capitale bretonne. « Rennes est un beau terrain de jeu. On a la chance en plus d’avoir une trentaine de murs d’expression libre », assure Mya, dont certaines œuvres sont visibles à la BU de Rennes 2 ainsi que sous le pont de Nantes.

L’association propose d’ailleurs sur son site Internet une cartographie des œuvres peintes à Rennes, ainsi qu’une biographie des artistes de la ville. « On a envie de mettre en lumière tous ces travaux cachés. Car l’art urbain, c’est aussi une manière de réenchanter le quotidien des habitants. On transforme des lieux pourris en des lieux dignes d’intérêt », assurent les deux artistes.